After life

Une jeune femme, malheureuse au plus haut point, évolue dans la vie, traînant un syndrome de persécution qui lui fait réagir très mal quand son petit ami lui parle de sa mutation. Alors qu’il veut l’épouser, elle ne le laisse pas terminer ses explications, persuadée qu’il cherche à rompre, et s’enfuit dans la nuit. Un accident de voiture plus tard, et elle se retrouve au funérarium. Est-elle morte, coincée dans cet étrange purgatoire, le temps qu’elle accepte sa condition, ou est-ce que le mystérieux employé des pompes funèbres la séquestre, en vue de l’ajouter à sa collection ?

Après un court-métrage huit années auparavant, Agniezka Wojtowicz-Vosloo réalise et co-scénarise AFTER LIFE, son premier long-métrage. Reposant en grande partie sur le jeu de ses acteurs, elle s’entoure donc d’un casting solide. Christina Ricci, aussi belle que fragile, incarne l’héroïne de cet étrange film. Justin Long était déjà un petit ami inquiet du fait de la folie possible de sa petite amie dans JUSQU’EN ENFER, de Sam Raimi. Il reprend ici un rôle assez similaire, et s’en sort tout aussi bien. Liam Neeson, de son côté, abandonne ses rôles de justicier/vengeur pour incarner le personnage ambigu d’AFTER LIFE. Il parvient à la perfection à rendre crédible ce protagoniste parfois poli, effacé, et parfois agressif et très colérique.

Agniezka Wojtowicz-Vosloo, pour son métrage, opte pour une réalisation effacée, la plus invisible possible. Ainsi, le spectateur n’estt pas distrait et se laisse envahir par le jeu d’acteur et par le scénario. Un choix judicieux, tant ce récit nécessite de la concentration, et tant les acteurs sont excellents.
AFTER LIFE possède un rythme lent, fascinant, qui peut déranger, mais si le spectateur se laisse posséder par cette histoire, il se retrouve embarqué par la beauté fragile de Christina Ricci, et perturbé par cet univers sombre malgré des paysages ensoleillés. La grande demeure de Liam Neeson, malgré sa beauté, oppresse le spectateur autant que son personnage féminin, qui y est séquestré, étouffé jusqu’aux confins de la folie.
Rapidement, les repaires s’effacent, et il est difficile de savoir si le film présente une étrange histoire de vie après la mort, ou un récit sur un tueur en série aussi monstrueux que poli. Et, si la fin semble apporter les réponses nécessaires, la réalisatrice se permet de brouiller une dernière fois les cartes. AFTER LIFE est ainsi un film exigeant, complexe, qui ne fournit pas toutes ses révélations lors d’une première vision.
Le métrage, fascinant d’un bout à l’autre, commet quelques erreurs, notamment avec l’enfant et son initiation. En effet, si ce personnage ajoute une nouvelle couche d’obscurité et de non-dits, il se révèle un peu sous-exploité, et il est dommage que la caméra de la réalisatrice ne s’attarde pas un peu plus sur lui, se concentrant un peu trop sur le parcours désespéré du petit ami. Si le protagoniste incarné par Justin Long est superbement construit, et l’acteur excellent, il reste assez classique, et le spectateur ne comprend que trop bien son parcours et son évolution, jusqu’à un final déstabilisant. Ainsi, si la réalisatrice s’était moins focalisée sur lui, nous aurions tout autant compris son évolution. Par contre, la progression de Christina Ricci est parfaite, la jeune femme acceptant peu à peu son sort, et l’actrice, entre sensualité, faiblesse, fragilité et tristesse, se laisse habiter par son personnage.
AFTER LIFE est un très bon film, au rythme lent, mais au très bon scénario, qui aurait mérité d’être découvert au cinéma. Cependant, il serait dommage de rater ce métrage, malgré ses quelques petits défauts. Il possède une ambiance très sombre et fascinante, et continue de hanter le spectateur après le générique de fin.


- Article rédigé par : Yannik Vanesse

Campagne de don pour Sueurs Froides

N'hésitez pas à soutenir le site
si vous le voulez :

Vous pouvez aussi nous aider en vous inscrivant à la liste de diffusion,
en partageant nos articles ou en laissant des commentaires.

Merci.

anciens numéros de sueurs froides
Votre soif de lecture n'est pas rassasiée ?
Téléchargez les anciens numéros de Sueurs Froides

Inscrivez-vous à la liste de diffusion de Sueurs Froides et accédez au téléchargement des anciens numéros de Sueurs Froides :

  • une tranche d'histoire du fanzinat français
  • 35 numéros
  • de 1994 à 2010
  • un index est disponible pour chercher un film ou un dossier
  • près de 1800 films critiqués

Share via
Copy link
Powered by Social Snap