Attack of the lederhozen zombies

Snowboarder en recherche de sponsors, Steve est surtout un gros foireux, un adulescent dont le refus de grandir énerve au plus haut point sa petite amie Branca. Aussi, après une nouvelle gaffe, pense-t-elle à le quitter… ce qui se révèlera plus compliqué que prévu, vu que la station de ski où ils sont coincés est infestées de zombis suite à une expérience malheureuse de l’exploitant pour créer de la neige artificielle. Mais pas de panique, armés d’une planche de snowboard, de beaucoup d’imagination et d’une bonne dose de délire, et aidé par la grosse Rita – tenancière du pub local -, les crétins des alpes décérébrés, en tyrolienne ou pas, n’ont qu’à bien se tenir.

La comédie de zombies (ZomCom) est un sous-genre en soi, né dans la foulée des comédies d’horreur qui pullulaient dans les années ’80. Son succès vient d’un côté du côté pataud du zombie, qui incite à une certaine moquerie, et de l’autre de l’allégorie sociétale accolée au genre zombie et qui ouvre facilement à la parodie. Enfin, le cahier des charges du film de zombie offrent tant de codes que leur torsion comique s’impose rapidement.

Le chef d’œuvre absolu du genre reste encore et toujours BRAINDEAD de Peter Jackson, notamment pour l’inventivité et la drôlerie des mises à mort, et qu’on ne cite pas ici innocemment puisqu’on retrouve dans ATTACK OF THE LEDERHOZEN ZOMBIES un massacre (en mode certes plus mineur) dont le mode opératoire n’est pas sans évoquer la célèbre séquence de la tondeuse.

Mais foin des références, ATTACK OF THE LEDERHOZEN ZOMBIES tient la route tout seul et s’impose comme un fleuron de la comédie, certes pas très finaude, mais quand même très drôle.

Les gags foisonnent, font mouche, se révèlent inventifs, sont bien rythmés. Bref, ATTACK OF THE LEDERHOZEN ZOMBIES, même s’il reste dans un genre bien balisé, est une véritable réussite.
L’action, qui ne ralentit jamais, des personnages bien campés (on va y revenir), des effets spéciaux à l’ancienne et jusqu’au nombreux plans de snowboard acrobatique participent pleinement à la réussite de l’ensemble.

Le festival du film fantastique de Gérardmer et sa station de ski doivent s’en mordre les engelures : l’équipe d’ATTACK OF THE LEDERHOZEN ZOMBIES lui a préféré l’ambiance délirante du 34e Brussel International Fantasy, Fantastic, Thriller and Science-Fiction Film festival pour la première mondiale (excusez du peu) du film.

Un choix judicieux au final, le film y a littéralement triomphé auprès d’un public bruyamment enthousiaste et qui scandait encore le nom de Rita dans les travées du festival.

C’est d’ailleurs une constatation de ce 34e BIFFF : tenu dans la foulée des attentats de Bruxelles, il aura eu la judicieuse idée de programmer nombre de comédies qui auront au final toutes bien fonctionné auprès du public : PRIDE + PREJUDICE + ZOMBIES et MEN AND CHICKEN, tous deux en ouverture, MY BIG NIGHT en clôture, et entre les deux quelques grosses cartouches comme SPY TIME et ABSOLUTELY ANYTHING, sans même compter l’annulation de dernière minute des VISITEURS 3, LA RÉVOLUTION, interdit de festival par la Gaumont.

Le succès d’ATTACK OF THE LEDERHOZEN ZOMBIES est d’autant plus méritoire qu’il s’agit du premier long métrage de son réalisateur et que le film n’aligne pas vraiment de stars ni ne bénéficie d’un gros budget. Une vraie révélation.

On gage que, lancé au BIFFF, ATTACK OF THE LEDERHOZEN ZOMBIES va rapidement devenir une coqueluche de festivals et engranger un succès bien mérité. En septembre, le film trouvait d’ailleurs son chemin dans la programmation de l’Etrange festival 2016. Et si j’étais producteur, je penserais sérieusement à réutiliser le personnage Uber than life (pour mélanger les langues) de Rita.

Ne le ratez pas s’il passe près de chez vous !


- Article rédigé par : Philippe Delvaux
- Ses films préférés : Marquis, C’est Arrivé Près De Chez Vous, Princesse Mononoke, Sacré Graal, Conan le Barbare