Blow Out

USA - 1981 - Brian De Palma
Interprètes : John Travolta,Nancy Allen,John Lithgow,Dennis Franz

Jack Terry, preneur de son pour le cinéma, est en repérage quand il assiste à un accident de voiture. Le véhicule quitte la route et plonge dans la rivière sous ses yeux. Il se précipite au secours des passagers, et sauve Sally de la noyade. À l’hôpital, il est interrogé par la police car l’homme qui a péri dans la voiture était une personnalité politique importante. Mais quand il clame avoir entendu un coup de feu avant l’accident, personne ne le croit. Heureusement pour lui, il a tout enregistré, et décide d’enquêter.

Rarement au cinéma la forme épouse le fond avec une totale harmonie. De Palma est plutôt coutumier du fait, mais avec BLOW OUT, il explose nos attentes – le jeu de mot est intentionnel.

La genèse du film résulte de trois éléments, selon Samuel Blumenfeld, le biographe de De Palma. La filiation avec BLOW UP d’Antonioni (1966) est évidente, par l’histoire de ce témoin d’un meurtre qui ne s’en rend pas compte tout de suite, mais De Palma y adjoint un complot politique – le réalisateur est fortement marqué par l’assassinat de JFK et le Watergate, et inclut même une voiture qui tombe à l’eau, événement directement arrivé à Ted Kennedy. Grand fan de CONVERSATIONS SECRÈTES (Coppola, 1974), il remplace également la photo – élément décisif dans BLOW UP – par l’enregistrement sonore.

BLOW OUT est un thriller dans lequel, très rapidement, le spectateur en sait plus que le personnage principal. En effet, dès le plongeon de la voiture dans la rivière, nous voyons un homme s’enfuir dans le dos de Jack qui lui, par conséquent, ne le voit pas.
Et c’est pour cette raison que De Palma met un point d’honneur à nous signaler précisément de quel point de vue on se place. Ainsi, quand nous suivons Jack, les ambiances sonores sont très travaillées, avec une foule de détails que seul le preneur de son, dont c’est le métier, serait capable de différencier. Tandis que quand nous collons au point de vue de l’assassin, par exemple, ou pire, quand nous sommes des témoins extérieurs, il n’y a parfois pas d’autre son que les conversations, tout le reste étant assourdi notablement.
Le son est vraiment un élément primordial de BLOW OUT, à tel point que le générique d’ouverture n’est qu’une succession de bruitages, globalement tirés de la séquence qui précède le générique, à l’exception de la fameuse explosion de pneu qui donne son titre au film, et qui fait référence à l’accident.
Le son sans image n’est d’ailleurs pas inhabituel dans BLOW OUT. Il précède même souvent l’image. Le simple fait que le personnage de Jack soit à la recherche d’images pour aller avec son enregistrement sonore afin de prouver l’attentat en est une preuve. Ou ce bruit particulier qui annonce la présence de l’assassin et dont on ne découvrira l’origine que bien plus tard. Peut-être pour nous permettre de mieux nous identifier à Jack. Il faut voir cette séquence étonnante pendant laquelle le preneur de son enregistre ses bruitages, où l’on découvre avec lui à l’aveugle de nouveaux sons, que la caméra identifie par la suite dans des plans presque oniriques où le point est fait à la fois sur l’origine du bruit et sur Jack en train de l’écouter.

Bien sûr, De Palma est aussi un esthète de l’image, et celle-ci n’est pas laissée en reste dans l’exploration des points de vue que le réalisateur entreprend. Par le biais de cadrage souvent inattendus, et parfois même aventureux, De Palma nous permet de suivre l’action au plus près, que ce soit à travers les yeux du héros, du tueur, ou dans la peau d’un passant. Mais la caméra est toujours exceptionnellement mobile, y compris dans des scènes de dialogue.
Le split-screen, dont le réalisateur est un utilisateur régulier, n’est pas en reste, et dans son rôle habituel : l’illustration d’actions simultanées, que ce soient une conversation téléphonique ou la diffusion d’un document vidéo pendant qu’un des protagonistes fait autre chose.

De Palma prend un malin plaisir à nous montrer l’envers du décor, la technique. Ici, bien sûr, le cinéma est en toile de fond. Le réalisateur développe, presque par le menu, le processus de sonorisation d’un film : l’enregistrement en son direct, la post-synchro, la constitution d’une bibliothèque de sons, le montage avec la vidéo, le mixage par pistes, etc. À la fin du film, les machines et les techniques utilisées n’auront plus de secret pour vous. Et cela n’est pas gratuit ! De Palma a parfaitement intégré ces passages presque didactiques dans l’intrigue de son film, le colorant d’un réalisme qui n’en rend que plus tragique la fin dramatique.

Quant aux acteurs, Travolta s’en tire avec les honneurs, particulièrement crédible quand il manipule le matériel typique de son personnage. Nancy Allen incarne avec tendresse le personnage stéréotypé de la « pute au grand cœur », tellement naïve et simple qu’elle en est même parfois agaçante. John Lithgow, enfin, est terrifiant, parvenant à exprimer une impassibilité que ses actes rendent pathologique.

Bien que les couleurs aient fané, et que l’ensemble soit très marqué par son époque, un scénario bien ficelé, une mise en scène magistrale et un casting de choix permettent à BLOW OUT de rester un must see. À regarder absolument.


- Article rédigé par : Claire Annovazzi
- Ses films préférés : Une Balle dans la Tête, Fight Club, La Grande Bouffe, Evil Dead, Mon Voisin Totoro


=> Pour prolonger votre lecture, nous vous proposons ce lien.

Campagne de don pour Sueurs Froides

N'hésitez pas à soutenir le site
si vous le voulez :

Vous pouvez aussi nous aider en vous inscrivant à la liste de diffusion,
en partageant nos articles ou en laissant des commentaires.

Merci.

anciens numéros de sueurs froides
Votre soif de lecture n'est pas rassasiée ?
Téléchargez les anciens numéros de Sueurs Froides

Inscrivez-vous à la liste de diffusion de Sueurs Froides et accédez au téléchargement des anciens numéros de Sueurs Froides :

  • une tranche d'histoire du fanzinat français
  • 35 numéros
  • de 1994 à 2010
  • un index est disponible pour chercher un film ou un dossier
  • près de 1800 films critiqués

Share via
Copy link
Powered by Social Snap