Familienradgeber

Allemagne - 2006 - Olaf Ittenbach, Martina Ittenbach
Interprètes : Daniel Ittenbach, Martina Ittenbach, Melanie Ittenbach, Olaf Ittenbach

Si vous êtes fan de grosse comédie trash à l’humour très noir, genre C’EST ARRIVE PRES DE CHEZ VOUS, ce film est pour vous ! Celui-ci nous raconte le début d’une vie à deux qui s’annonce merveilleuse…. Le bonheur commence par le mariage. Arrivent ensuite le voyage de noces, la naissance d’un bébé, etc. Si tout cela est plutôt ennuyeux et guère palpitant, à la sauce Ittenbach, c’est tout de suite plus passionnant. Le moindre accro se transforme en catastrophe. L’exagération déferle alors en vue de pousser le spectateur au dégoût. Une femme enceinte consomme de l’alcool, fume et se drogue à la cocaïne pendant sa grossesse, une fausse-couche dans les toilettes et le fœtus tombe dans la cuvette, des enfants n’ont que des corbeaux, des rats ou des boîtes pour chien à manger, excréments mitonnés en petits plats par la maman… Quant aux jeux érotiques entre les parents, ils tendent vers le SM et virent au carnage : démembrement à la hache, dépeçage à la tronçonneuse, balle en pleine tête… Tout est poussé à l’extrême pour notre plus grand plaisir.
La séquence où la famille Ittenbach consulte le conseiller familial est franchement drôle. Il s’agit là de la seule séquence dialoguée du film. Les non germanophones ne seront pas perdus pour autant car, tout comme eux, la famille Ittenbach ne comprend rien à ce que leur raconte le conseiller familial. Accessoirement, l’absence de dialogues donne également une idée de la radicalité du contenu du dernier film de Olaf Ittenbach.
On trouve dans FAMILIENRADGEBER une parodie à la Dumb et Dumber lorsqu’un lancé de boules de neige se termine en véritable bagarre des plus violentes. Une bagarre qui rappelle SCARY MOVIE où Cindy se fait mettre en pièces par l’un de ses copains qui en avait assez qu’on se moque de la taille de son pénis.
Ceux d’entre vous qui ont été déçus par la dernière production d’Olaf Ittenbach, CHAIN REACTION (Titres alternatifs : House Of Blood, House Of Horrors, Refugium der angst), peuvent se jeter sur celui-ci. Grâce à son humour et ses excès qui fusent de toutes parts, cette galette se laisse regarder sans ressentir le moindre ennui et avec un plaisir certain. Olaf Ittenbach n’a décidément pas besoin d’un gros budget pour faire un bon film. Un bon sujet de départ lui suffit !


- Article rédigé par : Xavier Adam