Girls with balls

Une équipe de volley féminine se retrouve prise pour cible par des bouseux chasseurs consanguins. Entre la provocation des premières et les tendances au cannibalisme des derniers, pas sûr que le résultat de l’affrontement soit aisé à deviner. Nos championnes ont du répondant et ne sont pas du genre à se laisser facilement marcher sur les pieds. Mais ne risquent-elles pas par conséquent de sous-estimer les chasseurs organisés et habitués à tuer les malheureux s’aventurant jusqu’à leur trou perdu ?

Comédie horrifique GIRLS WITH BALLS suis le chemin tracé par Christopher Smith en 2006 avec SEVERANCE. Dans SEVERANCE une entreprise partie en séminaire dans les bois se retrouvait pourchassée par des chasseurs fan de l’armée. Le cinéma anglais a de nombreuses comédies horrifiques, mouvement lancé par SHAWN OF THE DEAD en 2004. Cette inspiration assumée se retrouve dans GIRLS WITH BALL qui possède un concentré d’humour noir, mordant et particulièrement gore. Cependant ce mélange des genres (comédie et horreur) a le plus grand mal à passer les frontières françaises et pour cause, le système de production français est plutôt frileux dès qu’on parle de cinéma de genre alors si en plus on commence à mélanger les genres…

Pourtant GIRLS WITH BALLS n’a rien à envier à ses consœurs anglaises ou américaines. Bénéficiant d’un script de Jean-Luc Cano et Olivier Afonso, et de la mise en scène de Olivier Afonso. Ce dernier étant un spécialiste en maquillage et effet spéciaux, le film est aussi généreux qu’il est possible de l’être. Explosion de tête et de chien, poule éclatée sur un parechoc, coup de machette à foison, le film regorge de scènes gore avec des effusions de sang des plus généreuses. Évidemment, les effets spéciaux sont soignés, mais ce qui donne une plus-value au film c’est des scènes de baston entre les héroïnes et les chasseurs qui donnent une sensation de vraie.

Pour un tel scénario, il fallait un casting capable de porter le film, et surtout, des actrices qui réunies ensembles donnent vie à cette équipe. L’ensemble des 7 filles sont assez incroyables. Chacune campant un personnage dont on comprend immédiatement le caractère entre la pimbêche, la provocatrice, la meilleure amie bizarre, la capitaine perfectionniste, le garçon manqué, et sans doute la plus attachante, la moche du groupe qui a tendance à toujours devoir supporter les remarques de la provocatrice, mais finira par enfin répondre. L’énergie de groupe fonctionne assez bien, les filles sont dynamiques, charismatiques et sont parfaitement crédibles.

Au groupe des filles s’est joint Artus, un humoriste qu’on voit apparaître dans LE BUREAU DES LÉGENDES et qui campe le coach. Tour à tour paternel, protecteur, mais aussi lâche, naïf, et parfois colérique et complètement dingue. Il assure une grande partie du show notamment dans une scène assez incroyable avec un chien. Face aux filles, l’incroyable Denis Lavant incarne le chef des chasseurs, silencieux, taciturne et complètement fracassé. Il a le charisme qu’il faut pour donner des frissons d’angoisse. Au sein de l’équipe des chasseurs d’ailleurs, les yeux avisés reconnaîtront des humoristes français venant jouer une scène ou deux. Mais les deux guests remarquables c’est Orelsan en chanteur / narrateur qui ponctue le film de deux ou trois petites touches d’humour cruel, et Guillaume Canet en chef de scout aussi lâche que le coach.

Véritable petite pépite, GIRLS WITH BALL devrait plaire aux amateurs de comédie survitaminée, aux amoureux du film de genre, à tous ceux qui aiment les histoires de chasseurs cannibales ou aux passionnés de volley !