Infernal Affairs 2

On aurait pu se faciliter la vie en faisant une sorte de suite, ou plutôt même carrément un remake du gros succès que fut INFERNAL AFFAIRS. Cela aurait été très simple. Pourtant, les auteurs en ont décidé tout autrement en nous proposant une préquelle, qui, de plus, s’éloigne énormément du principe de INFERNAL AFFAIRS.

INFERNAL AFFAIRS 2 se déroule quelques années avant le premier. Nos deux héros du premier commencent seulement à s’infiltrer, Chen Ying Yan dans la police, Lau Kin Ming dans les triades. Mais ils ne sont pas les personnages principaux de ce second opus. Le film préfère axer son propos sur les relations entre l’inspecteur Wong et Sam, qui n’est pas encore à cette époque le personnage important des triades qu’il est dans INFERNAL AFFAIRS. INFERNAL AFFAIRS 2 décrit donc leur ascension dans leur domaine respectif avec comme trouble-fête Ngai qui est à ce moment-là le chef incontesté des triades. INFERNAL AFFAIRS 2 n’est pas un film d’action mais plutôt un thriller. Cependant, on peut dire qu’il est avant tout un film de personnages. Anthony Wong, Eric Tsang et Francis Ng interprètent magnifiquement leur rôle et y sont pour beaucoup dans la qualité du film.
INFERNAL AFFAIRS 2 est en effet une excellent préquelle. Ce thriller est envoûtant du début à la fin. Il est absolument passionnant. La mise en scène est du même niveau. Tout est réussi et le film bénéfice d’un rythme soutenu, presque épuisant, tant la tension est grande pendant une grande partie du métrage.

Certains seront sans doute surpris de voir que le film ne se termine pas forcément là où commence le premier INERNAL AFFAIRS. En effet, il laisse des zones d’ombre et une suite à la préquelle pourrait même se justifier tant la configuration des personnages dans leur caste respective (l’un chez les flics, l’autre chez les yakuzas) est loin de ressembler à ce que l’on voit dans le premier film. Mais ce n’est pas très grave car INFERNAL AFFAIRS est plus qu’un simple numéro 2. Il peut parfaitement se suffire à lui-même.
Il se permet néanmoins d’éclairer les personnages à propos leur motivation, sur certains traits de leur caractère. L’un des thèmes de INFERNAL AFFAIRS était de se poser la question sur le bien et le mal avec ce flic/truand et ce truand/flic. On retrouve ce thème dans le second INFERNAL AFFAIRS. Les personnages ne sont jamais réellement négatifs, mauvais. Il y a du bon, de la logique dans tout ce qu’ils font. C’est simplement le monde dans lequel ils vivent qui régit leur morale.

En outre, INFERNAL AFFAIRS 2 n’éclaire jamais le premier opus en le soulignant d’un gros marqueur indélébile. On apprend énormément de choses sur les personnages du premier opus (même sur les deux infiltrés qui ne sont pourtant pas, et de loin, les héros de ce film) mais de manière détournée, sans que cela soit la véritable raison de telle ou telle scène.
On remarque alors qu’INFERNAL AFFAIRS 2 possède un scénario véritablement excellent. Il se tient parfaitement alors que le projet aurait rapidement pu être catastrophique. Raconter une histoire complètement différente en prenant comme base un film déjà existant était un projet risqué, les auteurs s’en tirent avec brio.
INFERNAL AFFAIRS 2 s’avère un excellent film. Peut-être même à la hauteur du premier, mais dans un genre totalement différent. Ceux qui s’attendent à une suite qui ressemble à son modèle risquent fort de se trouver totalement décontenancés. Les auteurs nous livrent ici un film différent, même s’il s’appuie sur les enjeux de son modèle.

André Quintaine

Ses films phares :
Frayeurs, Les Griffes de la Nuit, Made in Britain, Massacre à la Tronçonneuse, Freaks


FICHE TECHNIQUE :
Hong Kong - 2003
Réalisation : Andrew Lau, Alan Mak
Interprètes : Edison Chen, Shawn Yue, Anthony Wong, Francis Ng, Eric Tsang, Carina Lau...
Cet article est tiré de Sueurs Froides numéro 17