Le Triangle du diable

USA - 1974 - Sutton Roley
Titres alternatifs : Satan's Triangle
Interprètes : Kim Novak, Doug McClure, Alejandro Rey |

Réalisateur ayant essentiellement travaillé pour la télévision, Sutton Rolley (1922 – 2007) a mis en image la plupart des grandes séries américaines, de « Bonanza » à « Supercopter » en passant par « Des agents très spéciaux » et « Starsky & Hutch ». S’il a signé le long-métrage CHOSEN SURVIVORS en 1974, Rolly reste essentiellement connu pour ce TRIANGLE DU DIABLE, un téléfilm d’angoisse datant de 1975. Il appartient aux fameux « movies of the week » diffusés par ABC chaque semaine de 1969 à 1976. Dans cette célèbre « case » télévisuelle furent ainsi proposés des dizaines de titres dont le DUEL de Spielberg, l’adaptation du KILLDOZER de Theodore Sturgeon et de nombreuses productions horrifiques comme DON’T BE AFRAID OF THE DARK, KILLER BEES ou TRILOGY OF TERROR.
Dans nos contrées, LE TRIANGLE DU DIABLE gagna ses galons suite à sa rediffusion – que l’on nous assure traumatisante – par TF1 en février 1979, un dimanche aux alentours de 18h, case que la première chaine réservait aux films ou téléfilms (souvent des westerns). Rediffusion puisque LE TRIANGLE DU DIABLE avait déjà été diffusé par la même chaine (dans une relative indifférence) en 1975 à 20h30.

En tout cas, ce téléfilm bénéficia par la suite d’un véritable culte en France (alors qu’il semble bien oublié outre-Atlantique) et de nombreux amateurs, se souvenant avec émotion de leurs premiers frissons, souhaitait sa sortie en dvd depuis des lustres.

Redécouvert aujourd’hui, LE TRIANGLE DU DIABLE risque de ne pas susciter le même enthousiaste. Si l’intrigue reste intéressante et traite avec une certaine originalité du légendaire triangle des Bermudes (peu exploité au cinéma excepté par René Cardona Jr avec son MYSTERE DU TRIANGLE DES BERMUDES), le récit avance lentement en dépit d’une durée réduite à 71 minutes. Des sauveteurs en hélicoptères portent secours à un voilier dont tout l’équipage a disparu, excepté une jeune femme, Eva. Celle-ci raconte les événements tragiques dont le bateau fut la victime après avoir porté secours à un prêtre naufragé.

« Si on croit en Dieu, on croit au Diable » déclare dès l’entame un des sauveteurs. Le surnaturel va, par conséquent, se manifester au fil de ce scénario roublard mêlant fantastique, suspense et épouvante. Toutefois, le téléfilm trahit son manque de budget (notamment dans les stock-shots), ses piètres effets visuels (les images de l’orage !) et sa mise en scène statique qui échoue à dynamiser l’ensemble quoique le réalisateur parvienne, parfois, à exploiter au mieux son huis-clos. La construction, certes habile mais également très artificielle, se compose de flashbacks qui permettent de reculer au maximum la révélation finale. Les deux interprètes principaux et caution de prestige de l’entreprise sont Kim Novak (SUEURS FROIDES) et Doug McClure (« Le Virginien », LE SIXIEME CONTINENT et ses suites et dérivés). Malheureusement, ni l’un ni l’autre ne semblent particulièrement concernés. Kim Novak raconte donc les événements en leur donnant une interprétation surnaturelle avant que McClure ne réexplique les faits une seconde fois mais d’une manière nettement plus rationnelle : pour lui nulle traces d’un démon mais de simples accidents causés par l’excitation, l’imprudence ou la cupidité des protagonistes. Le twist final, quoique prévisible pour les habitués, s’avère cependant adroitement amené et possède encore un réel pouvoir d’angoisse qu’accroit une musique efficace et une fin ouverte laissant augurer de malheurs à venir.

Si les spectateurs actuels resteront sans doute dubitatif devant ce téléfilm, sympathique mais loin d’être aussi mémorable que ne le suggère sa flatteuse réputation, les nostalgiques ou les curieux prendront plaisir à le voir ou le revoir, d’autant que la copie présentée est d’excellente qualité et que les suppléments où s’illustre Jérome Wybon, sont fort intéressants.


- Article rédigé par : Frédéric Pizzoferrato
- Ses films préférés : Edward aux Mains d’Argent, Rocky Horror Picture Show, Le Seigneur des Anneaux, Evil Dead, The Killer


=> Pour prolonger votre lecture, nous vous proposons ce lien.
anciens numéros de sueurs froides
Votre soif de lecture n'est pas rassasiée ?
Téléchargez les anciens numéros de Sueurs Froides

Inscrivez-vous à la liste de diffusion de Sueurs Froides et accédez au téléchargement des anciens numéros de Sueurs Froides :

  • une tranche d'histoire du fanzinat français
  • 35 numéros
  • de 1994 à 2010
  • un index est disponible pour chercher un film ou un dossier
  • près de 1800 films critiqués

Share via
Copy link
Powered by Social Snap