Les contes du grand guignol

La Cantada est un bar réputé pour offrir régulièrement des spectacles dans ses sous-sols à l’ambiance gothique à souhait. Ce bar parisien sert de cadre pour les représentations de LES CONTES DU GRAND GUIGNOL

Le spectacle s’inscrit dans la lignée des pièces dites « Grand-Guignol ». Celles-ci fleurissaient à Paris au début du siècle précédent. On y voyait des pièces de théâtre de type populaire mêlant comédie, sexy, gore et tragédie de mœurs. Le spectateur assistait alors à des pièces de théâtre destinées aux couches populaires et qui mêlaient le comique, l’érotisme, les tragédies sanglantes et le vaudeville, le tout dans un style très outrancier. Ce genre là genre-là a donné lieu plus tard au cinéma d’horreur, tel qu’on l’a connu dans les années 70 et 80 avec ce qu’on appelait les séries B.

The Brooklyn Rippers, compagnie montée par Karine Jean, s’est spécialisée dans les spectacles mêlant différentes références du genre horrifique, allant des œuvres classiques de Dracula à l’expressionnisme allemand et même jusqu’aux œuvres plus modernes, des zombies de Romero aux Contes de la Crypte. Ces derniers serviront d’ailleurs d’inspiration pour le modèle de représentation choisi.

En effet, LES CONTES DU GRAND GUIGNOL ont la particularité de proposer chaque mois un nouveau spectacle qui est cependant la continuité des précédents. Si les spectacles burlesques proposés en première partie, sorte de délicieuse mise en bouche à la fois sexy et inquiétante changent, en revanche, la seconde partie sera la déclinaison d’une seule et même histoire dont nous pouvons suivre le fil d’épisodes en épisodes.

Le spectacle est présenté par Dirty, la marionnettiste. Cette beauté fatale, sérieusement dérangée, participe à l’aspect méta du spectacle en interpellant les spectateurs. Ceci instaure une interaction qui emprunte beaucoup au burlesque et apporte un certain peps. Cette présentation, à la mise en scène outrancière et gothique, permet aussi de faire un rappel des épisodes précédents et ainsi aux spectateurs de prendre l’histoire en cours de route s’ils le souhaitent.

Tout le concept est en fait assez original. Il parvient à mêler l’ancien (les références au Grand-Guignol et aux œuvres classiques) et le moderne (l’aspect série, la première partie burlesque très dans l’air du temps). De plus, le spectacle proposé est assez drôle, dynamique. Il mélange avec talent les références différentes tout en apportant une touche d’originalité et d’inventivité qui donnent sérieusement envie d’y revenir chaque mois !

Et puis, dans l’équipe, on notera la drôlerie efficace de Karine Jean, qui en plus de jouer la soubrette au service de Dirty est le metteur en scène de la pièce. Elle parvient à gérer assez bien le petit espace disponible dans la cave de la La Cantada. A noter également, la prestance assez effrayante de Jean-Yves Chilot qui joue de manière incroyable le rôle du prêtre inquiétant. Frissons sont garantis, surtout après le spectacle, quand les acteurs se mêlent aux spectateurs tout en restant dans leurs rôles.

Retrouvez le spectacle Les contes du Grand Guignol au bar Le Cantada 13 rue Moret métro Ménilmontant à 20H30 les :

15 décembre
19 Janvier
jeudi 16 février
jeudi 16 mars
jeudi 20 avril
jeudi 18 mai
jeudi 15 juin

Les liens: http://www.billetreduc.com/170873/evt.htm
https://www.facebook.com/The-Brooklyn-Rippers-249943348381938/?fref=ts
et www.thebrooklynrippers.com