Les courts métrages hors compétition

France - Miguel Ángel Font Bisier, Rémy Barbe, Joséphine Hopkins, Calvin Reeder, Brian Lonano

Durant la nuit interdite inaugurant le festival diffusée dans la gigantesque salle du méga CGR (quasi-complète) se retrouvèrent sur la toile quatre courts-métrages hors compétitions diffusés entre chaque long-métrage.

THREE WISE MONKEYS de Miguel Ángel Font Bisier met en scène la petite Zoe qui reçoit pour son anniversaire une sculpture représentant les trois singes de la sagesse. Quelques mois plus tard, la prochaine venue au monde d’une petite sœur rend Zoe folle de jalousie. Défiant ses parents qui semblent la délaisser pour sa petite sœur, elle se réfugie dans sa chambre où la sculpture semble être le centre d’évènements surnaturels. Jouant sur l’efficacité, le court-métrage n’est pas spécialement original, mais a le mérite d’être très bien fait, plutôt bien écrit, et surtout porté par une idée forte.

JUSTINES de Rémy Barbe et Joséphine Hopkins est un film produit par le collectif Les films de la mouche. Trois jeunes gens à l’allure originale débarquent chez des jeunes femmes vivant seules et les agressent violemment et sexuellement. Deux sœurs sont la cible de ces méchants hommes. Mais ces derniers vont avoir droit à une surprise et de taille. Jouant sur les codes du genre et mixant les références, le court fait un grand écart entre ORANGE MÉCANIQUE, le marquis de Sade et le film de possession. Un équilibre qui semble au début précaire, mais finalement fonctionne bien grâce notamment à une explosion de violence jouissive et des acteurs très bien choisis. Seul regret, que le manque de moyens n’ait pas donné lieu à un véritable bain de sang (si les personnages sont arrosés par le sang, l’appartement lui reste très propre) et que la mise en scène reste trop timide.

THE PROCEDURE de Calvin Reeder est le genre de court-métrage très court basé sur un concept fort et une mise en scène intéressante. Un jeune homme brutalement kidnappé se retrouve alors attaché à une table d’opération dans une mystérieuse salle. Ce qu’il va alors subir est aussi surprenant qu’efficace, drôle que méchant. Vraiment bête et méchant, l’humour n’en est pas moins terriblement efficace et noir. Dans le genre, il est réussi, et ce, avec peu de moyens.

GWILLIAM de Brian Lonano repose lui aussi sur une idée forte. Nous racontant comment un ancien taulard va rencontrer l’amour sous une forme très particulière. Le court a un humour et une atmosphère très proches de l’esprit BAD TASTE, BRAINDEAD mais aussi d’un film aussi fou et déviant que BRAIN DAMAGE. Très perturbant, ce petit film ne vous laissera certainement pas de marbre !


- Article rédigé par : Sophie Schweitzer
- Ses films préférés : Le bon, La brute et le Truand, Suspiria, Mulholland Drive, Les yeux sans visage, L'au-delà