Martyrs Lane

Grande Bretagne - 2021 - Ruth Platt
Interprètes : Kiera Thompson, Denise Gough, Steven Cree

Léa, 10 ans, vit dans un grand presbytère, plein d’âmes perdues et de nécessiteux. Dans la journée, la maison est animée, mais la nuit elle est vide et il y fait sombre, un espace dans lequel les cauchemars de Léa peuvent se glisser. Un petit visiteur nocturne apporte du réconfort à Léa, mais bientôt elle se rendra compte qu’il offre des connaissances qui pourraient être très, très dangereuses.

Martyrs Lane

MARTYRS LANE est le troisième long métrage de Ruth Platt. D’abord actrice essentiellement dans des séries anglaises et dans le long métrage THIS YEAR’S LOVE elle passe derrière la caméra en 2005 avec un premier court métrage avant de passer aux longs en 2015 avec THE LESSON. MARTYRS LANE est d’abord un court métrage réalisé en 2019. Deux années se sont écoulées et le casting a changé. On retrouve dans le rôle de la jeune héroïne Kiera Thompson (HIS NAME IS SAM) face à sa mère campée par Denise Gough (TOO CLOSE, MONDAY, ROBIN HOOD). Le duo vient se compléter de Stephen Cree (OUTLANDER, MALÉFIQUE, 300 NAISSANCE D’UN EMPIRE) et de Hannah Rae (BROADCHURCH, CARMILLA).

Martyrs Lane

Le quatuor d’acteurs qui joue cette cellule familiale en crise est vraiment bien casté. On se sent très vite embarqué par le jeune minois de Kiera qui scrute cette demeure trop vaste, cette mère trop absente. Se sentant isolée dans cette famille où seul son père a l’air de daigner lui donner l’amour et l’attention dont elle a besoin, Leah compense avec son imaginaire, s’entoure d’animaux et même, récupère un jour une fée ou un ange dans les bois. Mais rapidement le doute s’insinue. Et si sa mère cachait un terrible secret, et si cette invitée nocturne n’était pas un ange, mais un petit démon ?

Martyrs Lane
Martyrs Lane

Le film emprunte de beaucoup à l’atmosphère gothique de films tels RÉBECCA de Hitchcock et LES AUTRES d’Alessandro Amenábar, autant dans l’atmosphère propre au lieu, qu’aux lourds secrets familiaux qui transforment le foyer en une véritable maison hantée ! Le fantastique sert ici de catalyseur aux tourments de cette famille. Mais également de catharsis pour Leah qui souffre du silence pesant de sa mère. Cette atmosphère est servie également par un scénario à l’écriture fine qui met en place un véritable jeu d’énigme mortel pour l’héroïne.


- Article rédigé par : Sophie Schweitzer
- Ses films préférés : Le bon, La brute et le Truand, Suspiria, Mulholland Drive, Les yeux sans visage, L'au-delà


=> Pour prolonger votre lecture, nous vous proposons ce lien.