Masters of Horror Saison 2: Right To Die

Nouveau venu dans la saga Masters of Horror, Rob Schmidt, auteur du slasher WRONG TURN, livre avec RIGHT TO DIE un épisode correct abordant le thème délicat de l’euthanasie.
C’est l’histoire de Cliff et Abby Addison, un couple tout ce qu’il y a de plus classique. Impliqués dans un accident de voiture, ils s’en sortent de justesse, mais pas tous les deux avec les mêmes séquelles. Cliff n’a que quelques égratignures tandis que sa femme est complètement brûlée. Maintenue en vie dans un état comateux pour le moins triste à voir, elle oscille à plusieurs reprises entre la vie et la mort. A chaque fois qu’elle est sur le point de trépasser, son spectre revient s’en prendre à ceux qui lui ont causé du tort et l’ont fait souffrir durant son existence. Tout d’abord enclin à abréger les souffrances de feu sa compagne, Cliff change vite d’avis quand il se rend compte qu’Abby veut se venger de lui…
Le premier élément convaincant est certainement le personnage d’Abby et ses apparitions. Les amateurs de ciné asiatique ne manqueront pas de voir en elle une allusion aux fantômes dérangeants de JU-ON. Abby se déplace en effet à même le sol, en rampant très lentement, faisant ainsi monter la peur dans l’esprit de ses futures victimes. Ira, l’avocat véreux de Cliff qui souhaitait tirer profit de l’état végétatif d’Abby, en fera vite l’expérience dans une scène excellente où la pression de la pièce l’écrase contre un mur, ses objets métalliques (montre, alliance) rentrant peu à peu dans sa chair…
Quant à la pratique hautement controversée de l’euthanasie, elle est plus en arrière plan qu’autre chose. L’épisode ne se focalise donc pas uniquement là-dessus et c’est tant mieux. Schmidt parvient néanmoins à distiller une pointe d’humour dans son segment. Cliff désire abréger les souffrances de sa femme seulement par rapport à sa situation, car si elle trépasse pour de bon, c’est son arrêt de mort qu’il signe. Le voilà donc tout d’un coup prônant les mérites de la vie à la télévision afin de faire bonne impression devant le plus grand nombre. Car si Abby reste un légume pour le restant de ses jours, c’est bien Cliff qui survit, échappant ainsi au courroux du spectre de sa compagne.
RIGHT TO DIE n’est pas exempt de quelques maladresses et stéréotypes. Il suffit de se pencher deux secondes sur le personnage de Trish pour s’en rendre compte. Celle-ci est le protagoniste féminin cruche par excellence. Cliff étant dentiste, elle est en fait son assistante et tente de profiter de la situation à l’aide de son charmant décolleté. Question nudité, cet épisode rempli parfaitement le cahier des charges, Julia Anderson (Abby) permettant aux spectateurs voyeurs que nous sommes de nous rincer l’œil avec plaisir…
Rob Schmidt, sans être un maître de l’horreur pour reprendre le titre de la série, réussit cependant son pari en livrant un opus honnête. Dommage que certaines idées ‘bateau’ viennent gâcher le tout, sans parler du plan final pour le moins incompréhensible, si ce n’est absurde…

Cliquez ici pour accéder à notre dossier Masters Of Horror Saison 2