Mister Dynamite

Hong Kong - 1986 - Jackie Chan
Titres alternatifs : Armour of God
Interprètes : Jackie Chan, Alan Tam

Un jeune asiatique gagne sa vie comme aventurier. Un collectionneur d’objets anciens le contacte pour retrouver une armure légendaire. L’intrépide Jackie se met en route, accompagné d’un chanteur un peu maladroit et d’une très jolie fille. Une grotte sera le théâtre d’un affrontement entre Jackie, des faux moines et des motards kamikazes.
Comme dans tous les Jackie Chan, l’histoire est réduite au strict minimum. Mais on n’en a que faire, Jackie Chan aussi, son job, c’est de risquer sa vie. MISTER DYNAMITE surpasse en spectaculaire les précédents films de l’homme caoutchouc. C’est tellement dangereux que les cascades finissent par être impossibles à accepter. Pour semer la horde des motards qui le poursuit, Jackie fait décoller son véhicule sur un tremplin bordant une très large allée. La voiture décolle et vole pendant quelques secondes pour aller atterrir quelques kilomètres plus loin ! D’autres cascades sont du même niveau. Une camionnette imposante coince les deux héros en haut d’un escalier. Ils s’écartent de justesse et le gros véhicule rebondit sur les marches pour terminer sa chute en tamponnant d’autres voitures. Jackie Chan s’est visiblement inspiré des aventures d’Indiana Jones. Le début du film montre l’acteur vedette en train de s’expliquer avec une tribu d’Indiens un peu crétins. Jackie récupère l’épée qu’il était venu chercher, et la poursuite s’engage. Afin de protéger sa fuite, et se mettre à l’abri des projectiles, Chan fait rouler une plaque en ferraille (comme la scène d’action qui faisait l’ouverture d’INDIANA JONES ET LE TEMPLE MAUDIT).
Le meilleur moment de MISTER DYNAMITE se situe dans les dernières minutes du film. Ayant repris l’armure de Dieu, Jackie Chan se retrouve devant le chef des moines diaboliques. Ce dernier envoie quatre femmes noires, habillées de cuir, pour tuer Jackie. Il les regarde un peu surpris, elles l’attaquent dans la seconde qui suit. La bagarre ultra-destroy qui s’ensuit fait sourire à certains moments parce qu’elle vire plus à une guerre des sexes qu’à une bagarre classique. Les femmes noires visent l’entrejambe de Jackie, lui, il en frappe une à la poitrine. Chacun essaie d’avoir l’autre par les attributs qui les diffèrent. Jackie finit par avoir le dessus, les chaussures à talons n’étant pas très pratiques pour se battre. En plus des explosions délirantes qui terminent le film, et là le film porte bien son titre, Jackie Chan saute en outre d’une falaise et atterrit sur une mongolfière. Dans le générique de fin, parmi les prises ratées, on remarque la scène qui a failli coûter la vie à Jackie Chan. Il saute pour se raccrocher à la branche d’un arbre, celle-ci casse, Jackie tombe et s’écrase. Les infirmiers accourent et emmènent Jackie Chan sur un brancard à l’hôpital le plus proche. Ces images font froid dans le dos, du sang s’échappe d’une oreille d’un Jackie Chan tournant de l’oeil.


- Article rédigé par : Jérôme Vincent