Rendez-Vous avec Alda Teodorani : Appuntamenti Letali

FIORE est un émouvant récit de Alda Teodorani, très bref, minimaliste. Aussi sombre soit elle, cette jolie nouvelle n’appartient pas au genre horrifique. Pour l’anecdote, il s’agit de son premier texte professionnel, écrit en 1989.
Giulio Ciancamerla, fan de l’écrivain, y colle au plus près avec beaucoup de respect pour son sujet. Un sujet vraiment pas facile puisqu’il traite d’une jeune fille et de son amie, condamnée par une tumeur. Malgré des images fades, avec une photo banale (qui c’est vrai accentue une impression de réalisme quotidien), malgré une mise en scène trop plate, FIORE émeut indéniablement. Ciancamerla a choisi peut-être l’un des textes les moins cinématographiques de l’auteur: une simple (dernière) promenade à travers une campagne désolée, hivernale. Ce qui explique le rythme un peu languissant malgré les huit petites minutes du film. Notons malgré cela une belle musique, qui apporte beaucoup à l’émotion suscitée, et des décors extérieurs déprimants au possible et par conséquent extrêmement bien choisis. Le jeu des deux jeunes comédiennes aussi s’avère assez faible. Trop statique, figé dans une tristesse qui se résume à une seule même expression.
Le pari d’adapter un texte aussi peu visuel était d’emblée très risqué ; il a donc fallu de l’audace à Ciancamerla pour s’y essayer. Un certain sentiment de tristesse (davantage que de désespoir cependant) émane de FIORE. Il a d’ailleurs remporté le prix Careas 2007 comme meilleur sujet social.

IL VIRUS narre l’histoire de la relation trop intime qui se noue entre une psychiatre et son patient, jusqu’à son inévitable aboutissement.
Christian Arioli, à la filmographie underground qu’il conviendrait d’explorer plus avant tant elle a l’air sympathique, est à la fois fidèle et infidèle à la nouvelle Virus. Il respecte le concept (génial : le virus métaphore de l’amour possessif et destructeur), l’histoire et même nombre de dialogues. Scénaristiquement, Arioli en change cependant la structure en mêlant l’analyse psy et des images du meurtre final, ce qui donne un bon rythme et captive dès le début l’amateur de gore qui n’a pas trop à attendre pour voir du sang. Le meurtre aussi est différent. Dans la nouvelle, on a droit à un coup de couteau (bien dans le style de Alda Teodorani) et à une bonne scène de crucifixion. Arioli préfère quant à lui adapter la célèbre scène de charcutage sadique du AUDITION de Takashi Miike. L’hommage réalisé, il en rajoute même dans le gore, avec une ouverture douloureuse de cage thoracique et un coeur poignardé. Tout cela est impressionnant. Les effets spéciaux de Maurizio Quarta sont très bons, et cela vaut à cet étonnant VIRUS la palme de l’APPUNTAMENTO le plus gore. On a même droit à un oeil crevé dans une scène de délire. L’hommage à Miike pourra poser problème à certains (la chanson en japonais, c’est trop !) mais après tout pourquoi pas ? L’auteur a certainement avant tout voulu se faire plaisir. C’est aussi cela le cinéma amateur : un cinéma libre où il ne devrait y avoir d’autres contraintes que techniques.
Les deux acteurs sont bons même si la psychiatre en fait des tonnes pendant le meurtre/torture. Elle y joue vraiment une folle un peu trop caricaturale. L’actrice japonaise de AUDITION était infiniment meilleure. Par contre, en tant que psy à lunettes, Irena Giordano est plus convainquante et même d’un beau naturel sexy… On s’attendrait presque à voir l’analyse déraper dans le porno (O.K, l’image vidéo y fait beaucoup) mais Dieu merci c’est dans le hardgore que l’on s’enfonce rapidement ! Pour mémoire, on a pu voir aussi cette jolie fille chez Roger Fratter, notamment dans le très bon SNUFF.

PICCOLE ANNOTAZIONE PER UN AMORE IMPOSSIBLE narre l’amour d’une jeune fille pour un chanteur de charme. Tout va bien, cet amour semble partagé jusqu’à ce qu’il sorte avec une autre femme…
Il s’agit peut-être du film le mieux réalisé de la série, vraiment professionnel de bout en bout : mouvements de caméra, travail sur la photographie, jeu de la très bonne actrice principale (réellement charmante), belle chanson italienne (enfin, si on aime !), et, surtout, montage génialement manipulateur. PICCOLE parle d’amour mais aussi de la frontière ténue qui existe, phrase classique, entre fan et fanatique. Le sujet abordé est celui de l’érotomanie, une psychose qui persuade une personne de la réciprocité du sentiment amoureux éprouvé pour quelqu’un. En cela, le court-métrage est un peu similaire au chouette film A LA FOLIE PAS DU TOUT, avec Audrey Tautou, qui abordait déjà ce thème d’une façon voisine.
Sur un sujet en apparence peu excitant, Catani brosse un portrait de fille dérangée et dangereuse. La fin est vaguement violente, mais l’attrait du film ne réside pas dans son (petit) potentiel horrifique. Ce qui est saisissant dans PICCOLE ANNOTAZIONE, c’est bel et bien son personnage principal et la qualité du traitement visuel. Le film est prenant de bout en bout, alors qu’il s’agit de celui pour lequel on pouvait avoir le plus de craintes (la nouvelle adaptée est certainement la moins forte de la sélection). La toute fin laisse un goût d’amertume au spectateur, une sensation de gâchis. Chez Alda Teodorani, l’amour fait souvent très mal.
Certains pourront malgré tout le trouver trop long, compte-tenu de la minceur de l’intrigue . On aurait pu apprécier aussi une vraie apothéose finale dans la violence. Très professionnel mais aussi très soft, PICCOLE ANNOTAZIONE PER UN AMORE IMPOSSIBLE pourrait facilement passer à la télé. Est-ce un défaut ou une qualité ? Chacun jugera.

FAME – Italie – 2006 – réalisation : Mario Alves Rebehy ; interprètes : Ciro Rossi, Alessio Casagni, Martina Allegria…

FAME D’AMORE – Italie – 2006 – réalisation : Adriano Razzi ; interprètes : Alessandro Guidotti, Natascia Machniz, Arianna Montini…

PARASSITI IN BIANCO – Italie – 2006– réalisation : Cristiano Stocchi, Maurizio Gambini ; intreprètes : Marta Bifano, Riccardo Reim…

IL CORPO DEL GATTO – Italie – 2006 – réalisation : Alfonso Balzano ; interprètes : Chiara Pavoni, Freak le chat, Alfonso Balzano…

UN ALTRO RACCONTO – Italie – 2006 – réalisation : Chiara Pavoni ; interprètes : Chiara Pavoni, Vera Beth, Spartaco Paganini…

NUOVA EDIZIONE – Italie – 2006 – réalisation : Cristian Tafani ; interprètes :Walter Lippa, Cindy Cardillo,Chiara Pavoni…

L’AMORE RITROVATO – Italie – 2006 – réalisation : Paolo Vandoni ; interprètes : Chiara Pavoni, Paolo Sirignani, Alexandra Maravia…

FIORE – Italie – 2006 – réalisation : Giulio Ciancamerla ; interprètes : Gloria D’Amore, Federica de Mita…

IL VIRUS – Italie – 2006 – réalisation : Christian Arioli ; interprètes : Irène Giordano, Alessandro Silvio…

PICCOLE ANNOTAZIONE PER UN AMORE IMPOSSIBLE – Italie – 2006 – réalisation : Gianni Catani ; interprètes : Sara Carallo, Luciano Frezza…

Bibliographie :

Les nouvelles adaptées sont extraites des deux recueils suivants :

Bloody Rainbow – Halley editrice – 2006

La signora delle torture : – Addictions – 2004

Le DVD APPUNTAMENTI LETALI (avec les 6 premiers court-métrages) est disponible chez www.filmhorror.com

Pour IL VIRUS : www.christianarioli.com


- Article rédigé par : Patryck Ficini
- Ses films préférés : Django, Keoma, Goldfinger, Frayeurs, L’Au-delà