Spécialité du Chef

France - 2008 - Grégory Sacré
Interprètes : Ludovic Bergaut, Christine Bruneau, Ghalem Cheneh, Boun-Mi Vilayvanh, Phaysane Xaysena

Tourné en cinq très longues journées durant l’automne 2007 par une équipe hyper motivée, SPÉCIALITÉ DU CHEF est un court métrage qu’il serait dommage de réduire à la simple appellation amateur. En provenance de Reims, cette histoire déjantée est à ce jour la meilleure production de l’association Varock Films, dont le président/créateur n’est autre que le réalisateur, Grégory Sacré. Déjà auteur d’une flopée d’autres petits films assez sympathiques, le jeune homme signe là son travail le plus abouti techniquement.
Le film s’ouvre sur un homme qui se réveille dans une chambre froide, suspendu par la mâchoire, les mains ligotées, alors que d’autres corps pendouillent à ses côtés. Il parvient douloureusement à se libérer et commence à explorer les lieux. Notre héros est en fait un zombie ramené à la vie par un chef cuisinier asiatique dans le but de servir de plat du jour, de spécialité du chef…
En 26 minutes, partagées entre horreur et action, SPÉCIALITÉ DU CHEF évite plutôt bien tous les défauts inhérents aux petites productions entre amis. Sa première qualité vient de son traitement d’un scénario assez original, bien qu’assez prévisible dans sa dernière partie. L’heure est à la cinéphilie galopante et de nombreuses productions cherchent à camoufler un flagrant manque d’idées par un usage abusif de clins d’œil et de citations, histoire de rendre hommage au genre et surtout de s’attirer la sympathie de fans. Ce n’est pas le cas ici, Grégory Sacré refuse de céder au jeu de la référence à tout prix et bâtit une œuvre qui ne repose que sur elle-même.
Puisqu’il s’agit d’une histoire de zombie et de cuisine, on aurait été en droit de s’attendre à un déferlement gore à base de tripes fraîches. Mais là encore le réalisateur a fait un choix payant, celui de privilégier des effets plus réalistes qui, à la place de provoquer rires ou écœurement, vont engendrer une sensation de gêne bien plus désagréable, à l’image des plaques de cuir clouées directement dans la mâchoire des victimes, ou encore la douloureuse section d’un tendon d’Achille. A cela viennent s’ajouter des maquillages corporels d’une justesse étonnante, dont on ne peut que féliciter les concepteurs.
Un autre point fort du métrage est le relatif sérieux avec lequel sont traités les événements. Pas de gags lourds ou d’humour au ras des pâquerettes, les moments de décontraction proviennent des deux improbables bastons qui animent le film. La première oppose notre pauvre zombie à l’un de ses congénères particulièrement agressif, à qui le champion européen de boxe Thaï Ghalem Chenneh prête son imposante musculature. La seconde a lieu dans les cuisines du restaurant alors même que la femme du protagoniste est dans la salle à la recherche de son critique culinaire de mari.
Des décors soignés aux effets spéciaux réussis, des figurants anonymes aux acteurs Ludovic Bergaut et Christine Bruneau qui n’hésitent pas à se donner à fond, du travail en post production sur l’image à celui effectué sur le son pour créer une ambiance crédible, tout concourt à faire de ce court métrage un produit hautement recommandable dont il faut vanter les mérites autour de soi. D’une part pour que Grégory Sacré puisse poursuivre son aventure dans la réalisation en allant vers des projets plus importants, mais aussi et surtout pour simplement saluer le travail d’une équipe qui a su élever un petit court métrage amateur vers un sommet quasi professionnel.


- Article rédigé par : Éric Peretti


=> Pour prolonger votre lecture, nous vous proposons ce lien.

Campagne de don pour Sueurs Froides

N'hésitez pas à soutenir le site
si vous le voulez :

Vous pouvez aussi nous aider en vous inscrivant à la liste de diffusion,
en partageant nos articles ou en laissant des commentaires.

Merci.

anciens numéros de sueurs froides
Votre soif de lecture n'est pas rassasiée ?
Téléchargez les anciens numéros de Sueurs Froides

Inscrivez-vous à la liste de diffusion de Sueurs Froides et accédez au téléchargement des anciens numéros de Sueurs Froides :

  • une tranche d'histoire du fanzinat français
  • 35 numéros
  • de 1994 à 2010
  • un index est disponible pour chercher un film ou un dossier
  • près de 1800 films critiqués

Share via
Copy link
Powered by Social Snap