The Eye Ten

Pour ce troisième volet de THE EYE, on retrouve les frères Pang à la réalisation. Comme ses deux prédécesseurs, THE EYE 10 est lui aussi un film de revenants. Cette fois, c’est l’histoire de lycéens qui veulent voir des fantômes. Cinq copains partent en Thaïlande chez l’un d’eux, pour les vacances. En chemin, le bus s’arrête quelques minutes à cause d’un accident : le cadavre d’une jeune fille est étendu sur la route à côté d’une voiture. Ils sont choqués et l’un d’eux filme la scène avec son camescope. Une fois arrivés, ils passent la soirée à se faire peur en se racontant des histoires de revenants. C’est alors que Chongkwai (Ray Macdonald), leur hôte, leur montre un livre qui parle d’un rituel pour appeler les esprits : The 10 encounters… Tout d’abord, le scénario n’est pas nouveau et comporte quelques éléments non aboutis. Notamment le personnage du vieux bibliothécaire, mais surtout le fait que le livre change en fonction de ceux qui l’utilisent. Ces passages ne sont pas assez exploités. La mise en scène est lente et dépourvue d’intensité. Heureusement, la musique est là pour essayer de nous mettre la pression. L’action est même parfois ridicule, comme par exemple la scène où Tak (Po-Lin Chen) est possédé. Il se met à breaker dans le couloir d’un immeuble et les gens sortent pour applaudir. De plus, l’effet visuel n’est pas toujours réussi, même si les spectres sont à peine plus effrayants que dans THE EYE 2. Ici, ils sont, pour la plupart, recouverts de peinture verte et filmés avec un flou faussement artistique.
Le rendu est plus comique que cauchemardesque. Ainsi, il est relativement difficile de se mettre dans l’ambiance de ce métrage, où l’atmosphère n’est ni vraiment inquiètante ni très angoissante.
Finalement, THE EYE 10 est assez décevant et ne vous fera pas plus flipper que THE EYE 2. Ça reste un film pour adolescents avec des adolescents.