The Unseen

Canada - 2016 - Geoff Redknap
Interprètes : Aden Young, Camille Sullivan, Julia Sarah Stone

Bob est ouvrier dans une scierie au nord du Canada. Il est atteint par une étrange infection rendant son corps peu à peu invisible, s’attaquant à la peau, la chair puis enfin les os et faisant ainsi de lui un monstre. Se couvrant peu à peu de bandelettes, il envisage sérieusement d’en finir quand son ex-femme l’appelle au secours. Leur fille file un mauvais coton. Inquiet, il décide d’aller la voir, rompant avec sa solitude et son projet de suicide. Mais à peine débarque-t-il en ville que sa fille disparaît.

THE UNSEEN est une version originale d’un des membres éminents des « classics monsters » à savoir L’HOMME INVISIBLE. En plaçant son homme invisible dans le monde ouvrier canadien, Geoff Redknap affranchit totalement l’histoire de son écrin gothico-scientifique. Ici l’inquiétude de notre homme invisible n’est pas de perdre l’amour de sa vie mais plus prosaïquement de perdre sa fille. Dans THE UNSEEN, c’est la relation filiale qui devient le moteur du film et l’infection se transmettant de génération en génération ce qui les force à se connecter. Un parti pris original qui donne au film toute sa puissance en termes d’émotions et d’humanité. Une profondeur intéressante que notre réalisateur traite avec un mélange de douceur et d’amertume.

Le réalisateur Geoff Redknap signe avec THE UNSEEN son premier long métrage. Il aligne une longue carrière derrière lui, d’une part dans le cinéma en tant que responsable des SFX et d’autre part dans les séries télévisée, comme acteur. Pour quelqu’un qui a fait ses armes sur DEADPOOL et LA CABANE DANS LES BOIS, maîtrisant parfaitement le sujet des effets spéciaux, il n’en use qu’avec parcimonie il en use avec parcimonie, ménageant ses effets et retardant la révélation finale de l’état de Bob. Ici les effets spéciaux sont utilisés pour donner un aspect gore à l’infection dont est atteint notre héros. Devenir invisible n’est pas une partie de plaisir !

On peut faire quelques reproches à THE UNSEEN. Par exemple, sa musique fait peut-être un peu trop pop acidulée et les acteurs manquent malheureusement parfois de charisme. En outre, certains détails plombent le réalisme de l’ensemble, comme la réaction peu crédible de la mère ou les symptômes étrangement opposés de la même infection. De plus, un travail de réalisation plus approfondi aurait permis de développer la mythologie présentée, à peine effleurée ici. Néanmoins, le film fonctionne et se révèle très sympathique. C’est un premier film très encourageant et on attend donc avec impatience les prochains travaux de Geoff Redknap.


- Article rédigé par : Sophie Schweitzer
- Ses films préférés : Le bon, La brute et le Truand, Suspiria, Mulholland Drive, Les yeux sans visage, L'au-delà


=> Pour prolonger votre lecture, nous vous proposons ce lien.