Wrong cops

France - 2013 - Quentin Dupieux
Interprètes : Mark Burnham, Eric Judor, Steve Little, Marylin Manson

Les tribulations absurdes de quelques flics américains ripoux…

Pourquoi s’attarder à tenter de résumer l’intrigue d’un film de Quentin Dupieux puisque l’intérêt n’est pas là. L’auteur de NONFILM, de STEAK, de RUBBER (déjà à l’Etrange festival), de WRONG, récidive dans cet univers qui n’appartient qu’à lui avec WRONG COPS, version allongée d’un court métrage présenté à une précédente édition de l’Etrange Festival.

Quentin Dupieux, c’est donc un univers parfaitement absurde et à l’étrangéité un peu inquiétante. Ses policiers assez peu portés sur la défense de la loi et des citoyens trouvent ici bien d’autres moyens de s’occuper, entre le pervers forçant des demoiselles à lui montrer leurs seins, le compositeur de techno pas trop doué, l’auteur d’une bavure qui tente de se débarrasser du corps de sa victime moribonde et enfin le flic qui, après avoir tourné dans un porno gay, trouve un magot inespéré que tentera de lui dérober sa collègue arriviste.

L’univers de prédilection de l’auteur est celui des banlieues ou suburbs, ces espaces intermédiaires parfaitement neutres, à même donc de faire ressortir, par contraste, l’étrange à partir de la banalité et du quotidien. A ce titre, Quentin Dupieux se situe dans la filiation du David Lynch de BLUE VELVET. D’autant plus que le réalisateur tourne depuis quelques temps déjà aux Etats-Unis. A l’Etrange Festival, un autre film ressortait à ce fantastique inquiétant du quotidien décalé, mais dans un registre moins comique : BORGMAN d’Alex Van Warmerdam
Autre marque de fabrique de Quentin Dupieux, le design sonore : l’homme est également producteur d’électro – souvenez-vous du hit Flatbeat signé de son alias, M. Oizo – et nappe son film de beats froids qui en renforcent encore l’impact.

WRONG COPS propose quant à lui au casting rien moins que Marylin Manson, dans un rôle de lycéen intimidé par un policier peu avenant. Et pour rester dans la distribution, on retrouve un autre fidèle, Eric Judor, déjà de la partie dans STEAK, et Grace Zabriskie, croisée jadis chez David Lynch.

On l’a dit, ses films ne ressemblent qu’à eux-mêmes, il faut les voir pour les apprécier ou les rejeter, les deux options étant acceptables. C’est un cinéma qui ne parlera pas à tout le monde, et qui n’en a d’ailleurs pas la vocation. L’Etrange Festival 2013, où le film a été présenté, semble l’écrin le mieux à même d’accueillir un tel cinéma, son public étant sans doute le plus réceptif à ce genre d’expérimentation. Il avait naguère offert un triomphe à RUBBER, il s’est à nouveau réuni en masse pour découvrir WRONG COPS.

Et à raison. Car si on ne peut pas vraiment parler de progression de l’œuvre, WRONG COPS est une nouvelle itération du système Dupieux qui explore d’autres contrées de l’absurdie. WRONG, son précédent long métrage s’attardait déjà cet univers périurbain américain mais, pour une raison que nous sommes bien en peine d’expliquer et qui ressort au pur ressenti, nous avait laissé une impression de trop peu, d’inabouti. Ici, et à nouveau alors que les raisons ne nous semblent pas plus claires, WRONG COPS nous semble mieux maitrisé, il nous parle plus.

On l’aura compris, le cinéma de Quentin Dupieux offre peu de prise au critique cinéma, il ne se formule pas, il se ressent. Pour mieux le saisir, il faut abandonner toute velléité explicative et embraser l’appareil discursif de l’art contemporain. Nous nous contenterons pour notre part de vous inviter à vous faire votre propre opinion, en absolvant d’avance ceux qui détesteront ou resteront étrangers, et en accueillant dans la secte les nouveaux convertis.

En 2014, WRONG COPS continue sa tournée festivalière, notamment au 32e Festival du Film fantastique de Bruxelles (BIFFF) où il est bien évidemment repris au 7e parallèle, soit la compétition des oeuvres les plus bizarres du festival.

Retrouvez notre couverture de l’Etrange festival 2013.


- Article rédigé par : Philippe Delvaux
- Ses films préférés : Marquis, C’est Arrivé Près De Chez Vous, Princesse Mononoke, Sacré Graal, Conan le Barbare


=> Pour prolonger votre lecture, nous vous proposons ce lien.