Zombie: The Begining

Italie - 2007 - Vincent Dawn
Interprètes : Yvette Yzon, Alvin Anson, Paul Holme, James Gregory Paolleli

ZOMBIE : THE BEGINING fut, malgré son titre ouvert, le dernier film de son auteur, l’ultime film en forme de baroud d’honneur d’un homme qui se savait mourant mais qui a néanmoins tenu à achever un métrage-hommage à sa cinéphilie…et à son côté savamment opportuniste. Lui qui réalisa pas moins de cinquante-cinq films sous une vingtaine de pseudonymes, il signe de son avatar le plus connu, Vincent Dawn, ce qui restera l’un des meilleurs films d’une carrière emplie de titres Z fabuleux à force de n’importe quoi (à ce titre, le zombie en tutu de VIRUS CANNIBALE restera gravé dans toutes les mémoires de bisseu qui se respecte). Quid, alors, de cet opus où Mattei retrouve des zombies œuvrant en Malaisie, pays où le réalisateur tourne la plupart de ses derniers films ?
Sara, seule survivante d’un groupe dévoré par des zombies sur une ile reculée au large de la Malaisie, est retrouvée en état de déshydratation avancé, dérivant sur un radeau de fortune. Sauvée par son employeur, la Tyler Corporation, multinationale œuvrant dans la biotechnologie, qui ne croit pas un mot de son histoire, Sara se retire dans un monastère. Mais lorsqu’une escouade envoyée sur l’île d’où s’est échappée Sara ne donne plus de nouvelles, la jeune femme décide d’y retourner afin de mettre à un point final à toute cette histoire.
Suite immédiate de son précédent ISLAND OF THE LIVING DEAD, ZOMBIE : THE BEGINING s’apparente à un rip-off, fauché et avec des morts-vivants, du ALIENS de James Cameron. Il permet de retrouver la mignonne Yvette Yzon qui campe toujours le personnage de Sara avec un sérieux improbable, d’autant qu’elle a toujours vingt bonne minutes de retard sur le spectateur qui sait déjà tout des tenants et aboutissants du script. Celui-ci, au-delà de l’hommage, plagie régulièrement les blockbusters favoris de Mattei, tant au niveau des rebondissements que des dialogues. Outre ALIENS, on retrouve ici de trop gros clins d’œil au premier ALIEN, à TERMINATOR 2, aux bidasses de USS ALABAMA, à l’ambiance charnelle des TETSUO pour être honnêtes. Cependant, au-delà du rire narquois que peut provoquer un tel assemblage, ZOMBIE :THE BEGINING s’avère très sympathique, drôle (mais pas toujours volontairement, il est vrai) et rythmé. Certains effets spéciaux s’avèrent même très réussis voire surprenant et embarquent gaiement le spectateur pour un sacré trip en territoire Z. Alors bien sûr, sorti d’Yvette Yzon, les comédiens sont improbables et postsynchronisés à la va vite, les prises ratées n’ont pas dus être refaites et la lumière jette sur l’ensemble du métrage un éclairage digne d’un bon vieux film de vacances de l’époque des HI-8. Il n’empêche que pour ceux qui s’accrochent, les passionnés comme les moqueurs et tous ceux qui se situent entre ces deux extrêmes, le spectacle s’avère touchant par sa fraîcheur digne de celle d’un débutant…peu doué. Dernier film de son auteur, ZOMBIE : THE BEGINING est le film testament d’un réalisateur qui fut à la fois terriblement opportuniste et sincèrement passionné. Ne serait-ce que pour cela, il mérite d’être vu.


- Article rédigé par : Nassim Ben Allal