Un texte signé Sophie Schweitzer

USA - 1984 - John Cardos
Titres alternatifs : La nuit des mutants
Interprètes : Wings Hauser, Bo Hopkins

retrospective

Mutant de John Cardos

Mutant ou La Nuit des mutants est une vraie série B fauchée qui compense le manque de budget par une ambiance mêlant fantastique et science-fiction pour offrir un spectacle généreux à ses spectateurs.

Deux frères de la ville descendent dans le sud des États-Unis à l’occasion de congés qu’ils s’offrent. Cependant, ils vont très vite se rendre compte que leur choix de lieu de villégiature n’était pas bon. Entre les rednecks peu accueillants, les créatures mystérieuses hantant la ville et des morts encore plus mystérieuses, les deux frères vont regretter d’avoir quitté leur petite ville.

John Bud Carlos débute sa carrière comme cascadeur et assistant-réalisateur, notamment sur la Horde sauvage, avant de passer à la réalisation. Son film le plus connu reste L’Horrible Invasion avec William Shatner. N’oubliant pas ses débuts au cinéma, il est avant tout un artisan qui sait non seulement comment offrir de bonnes cascades en dépit d’un budget réduit, mais surtout qui sait tenir en haleine le spectateur.

Mutant de John Cardos 6
Mutant de John Cardos 4

Un film d’exploitation généreux

En effet, Mutant ne dispose sans doute pas d’une écriture soignée, il y a quelques raccourcis et facilités notamment qui pourront surprendre, cependant, le rythme devient de plus en plus effréné, l’humour vient ponctuer les scènes d’action et les visions infernales. Le film lorgne sur la science-fiction autant que le fantastique et offre au spectateur un final explosif et jouissif. C’est en définitive une série B généreuse qui réutilise les codes des genres qu’elle balaye.

S’il y a bien un côté science-fiction, avec une histoire de déchets chimiques transformant les habitants d’une petite ville, il y a également un aspect fantastique tant dans la brume l’enveloppant et la transformant peu à peu en ville fantôme, mais surtout, il y a l’apparence des contaminés qui font tout autant penser aux spectres de Carnival of Soul ou aux vampires de Murnau qu’aux premiers zombies de George Romero. D’ailleurs, le titre La Nuit des mutants que porte également le film n’est pas sans faire penser à La Nuit des morts-vivants, citée plusieurs fois en référence dans le film, notamment dans son final.

Le soin apporté aux maquillages et au son est à saluer. En dépit d’un budget vraiment minime, qu’on perçoit essentiellement dans les décors mais aussi dans la photographie du film qui n’est pas forcément linéaire pendant tout le film, il parvient néanmoins à offrir un récit dense, des scènes d’action intenses et surtout, une vraie atmosphère. De même, si l’écriture n’est pas des plus fines, elle a le mérite de poser des personnages intéressants et charismatiques, du jeune citadin égoïste et charmeur qui va se transformer en héros au shérif alcoolique se rachetant une rédemption, le film se montre même féministe en montrant des personnages féminins forts qui ne se laissent pas facilement faire.

Mutant de John Cardos 3
Mutant de John Cardos 1

Qui s’inscrit dans une lignée de films devenus cultes

Enfin, il y a aussi ce que le film raconte du sud. Entre le bar décoré de drapeaux ségrégationnistes, le groupe de rednecks aussi bêtes que méchants qui s’avèrent parfois tout aussi dangereux que les contaminés, le film dépeint quelque chose sur ce sud profond coincé dans une espèce de bulle temporelle. Loins de tout, les habitants doivent se débrouiller seuls avec leurs problèmes et se retrouvent la cible d’une entreprise chimique peu scrupuleuse.

On notera quelques morceaux de bravoure, une séquence dans les sous-sols d’une école qui nous plonge progressivement dans une atmosphère digne d’un Zedder ou d’un Démons de Lamberto Bava, un final lorgnant vers le cinéma de John Carpenter, ou encore la manière dont le film infuse progressivement ses contaminations, offrant une conclusion presque aussi glaçante que celle du Retour des morts-vivants. Une série B bien plus maligne qu’il n’y paraît.



Acheter chez Metaluna, c'est soutenir Sueurs Froides - Merci !

Spécifications du DVD/Bluray sur le site de Sin'Art

***
TEST DU BLU-RAY/DVD :



Selon les lecteurs Bluray, on peut essuyer quelques difficultés pour lire le disque, notamment avec une console de jeu faisant office de lecteur.

Entre certaines séquences, il y a des plans un peu trop clairs, sans doute est-ce un problème lié à la copie 35 ayant servi au transfert.

Il n’y a pas de bonus malheureusement.

En revanche, présence d’une VOSTFR et d’une version française d’époque.


BANDE ANNONCE :


Chers lecteurs,
aidez-vous à financer le site
et de nouveaux numéros de Sueurs Froides
en versant un don à notre éditeur.



Votre soif de lecture n'est pas rassasiée ?
Téléchargez les anciens numéros de Sueurs Froides


Inscrivez-vous à la liste de diffusion et accédez au
téléchargement des anciens numéros de Sueurs Froides :
- Une tranche d'histoire du fanzinat français
- 36 numéros de 1994 à 2010
- Près de 1800 films critiqués
Un index est disponible pour chercher un film ou un dossier
CLIQUEZ ICI.

Article rédigé par : Sophie Schweitzer

Ses films préférés : Le bon, La brute et le Truand, Suspiria, Mulholland Drive, Les yeux sans visage, L'au-delà - Ses auteurs préférés - Oscar Wilde, Sheridan LeFanu, Richard Mattheson, Stephen King et Poppy Z Brite

Share via
Copy link