Un texte signé Vincent Trajan

Italie - 1978 - Stelvio Massi
Titres alternatifs : Un poliziotto Scomodo
Interprètes : Maurizio Merli, Massimo Serato, Marco Gelardini, Mario Feliciani, Olga Karlatos

retrospective

Un Flic Explosif (1978) : violences policières !

Pur produit du cinéma bis italien à l’heure des terribles années de plomb, Un Flic Explosif est l’archétype du poliziottesco transalpin outrageusement violent et corrosif à souhait. Inspiré par des films comme L’Inspecteur Harry, Un Justicier Dans La Ville ou French Connection, le film de Stelvio Massi se veut comme un polar urbain âpre et sans concession, véritable témoin de son temps…

un flic explosif 1978 violences policieres 1

Allô, police ?

C’est dans les années 1970, au moment où les tensions politiques entraînent des actions terroristes des Brigades Rouges que l’Italie voit naître un nouveau genre cinématographique : le poliziottesco. Véritable polar bis Italien où la violence et l’action sont omniprésentes, le genre prend son envol dès 1972 avec des films comme Société anonyme anti-crime ou Le Témoin à abattre d’Enzo G. Castellari. C’est donc dans ce sillon déjà bien tracé que le réalisateur Stelvio Massi décide de mettre en boîte Un Flic Explosif (1978) après s’être fait la main auparavant sur des longs métrages comme Brigade volante, Un flic voit rouge, Magnum 44 spécial ou bien L’exécuteur vous salue bien.

Avec environ 3 ou 4 poliziottesco par an entre 1974 et 1979, le réalisateur stakhanoviste travaille à la chaîne et s’entoure de plusieurs scénaristes pour mener à bien ses projets. Pour Un Flic Explosif, ce dernier a fait appel à son fils, Danilo Massi, ainsi qu’à Gino Capone et Teodoro Corrà avec qui il avait déjà travaillé auparavant. C’est donc au travers de l’écriture d’un scénario à six mains que prend forme en 1978 ce nouveau poliziottesco de Stelvio Massi. Pour jouer le personnage principal, le commissaire Olmi, c’est l’acteur Maurizio Merli qui est logiquement retenu. En effet, l’homme est devenu un véritable pilier du genre depuis la sortie du film Rome Violente en 1975 dans lequel il a repris le rôle du commissaire Belli incarné initialement par Franco Nero.

Enquêtant sur plusieurs meurtres crapuleux et particulièrement violents, le commissaire Olmi remonte peu à peu le fil de ses assassinats pour découvrir que le fils d’un haut personnage, Marcello Degan y est mêlé.

un flic explosif 1978 violences policieres 2

Police partout…

Après avoir réussi à échapper à plusieurs attentats et mis hors d’état de nuire ses assaillants, Olmi met enfin la main sur le jeune Degan. Suite à un interrogatoire musclé, celui-ci vend la mêche : les meurtres sont en lien avec un trafic de diamants et les commanditaires ne sont autres que des membres de l’élite corrompue.

Pour ses supérieurs, le commissaire Olmi il fait un peu trop de zèle. L’enquête lui est alors retirée. Mais l’homme n’est pas du genre à plier le genou devant l’autorité et continue son enquête en parallèle jusqu’à mettre en difficulté Marcello Degan et des hauts fonctionnaires de la justice. Malheureusement, après avoir commis une bavure, Olmi se retrouve muté en province, dans une ville paisible du bord de mer. Mais, malgré sa volonté de ne plus recourir à la violence, ses méthodes musclées vont vite lui revenir pour face à la pègre locale dans un trafic d’armes…

Comme on pouvait légitimement s’y attendre, Stelvio Massi reprend à son compte le cahier des charges du poliziottesco pour dérouler un film particulièrement énergique. Ainsi, c’est au travers d’un scénario cousu de fil blanc que Maurizio Merli incarne le commissaire Olmi, un flic aux méthodes peu orthodoxes et enclin à jouer de la gâchette. À partir de là, on va suivre son enquête aux multiples rebondissements qui l’amèneront à se frotter à des hauts dignitaires bien au-dessus des lois. Et malgré toutes ses tentatives pour les arrêter, Olmi se cassera les dents. Et même si le contour du personnage d’Olmi est assez manichéen, le scénario lui, est assez surprenant à plusieurs égards.

un flic explosif 1978 violences policieres 3

Justice nulle part !

En effet, il se divise en deux parties complètement distinctes l’une de l’autre. Ainsi, la première partie se concentre autour de l’enquête du commissaire dans le trafic de diamant pour faire tomber Degan, puis, la seconde partie met en avant Olmi face à un trafic d’arme dans une petite province italienne, suite à sa mutation. Le fil rouge entre ces deux pans narratifs n’est pas de mettre la main sur l’ignoble Degan mais les états d’âmes du commissaire qui cherche à renoncer à la violence. Du coup, le titre italien du film, Un poliziotto Scomodo, qu’on pourrait traduire par Un flic mal à l’aise, prend ici tout son sens…

Derrière la caméra, Stelvio Massi cherche l’efficacité au détriment d’une mise en scène léchée. On sent que le réalisateur travaille vite et qu’il ne s’embarrasse pas de détails. Ainsi, malgré une photographie de Sergio Rubini qui colle parfaitement aux ambiances du poliziottesco, certains cadrages ou arrière-plans laissent à désirer. De même, le jeu d’acteurs des figurants ou des seconds rôles ne sont pas toujours excellents. Mais qu’importe ! Stelvio Massi mise sur l’action et l’énergie !

Ainsi, l’homme va mettre tout son savoir-faire dans un enchaînement de scènes musclées (bagarres, poursuite en voiture, poursuite en hélicoptère, prise d’otage, échanges de tirs, …) sur un tempo mené tambour battant. Et même si le scénario est parfois décousu (la romance du commissaire avec la belle Anna), voire même bancal (après sa bavure Olmi n’est pas inquiété par la justice, lors d’une prise d’otage il oublie d’arrêter un ravisseur, …), Un Flic Explosif n’en reste pas moins un bon poliziottesco. En effet, malgré ses 45 ans au compteur, le film est le témoin d’une époque violente dans une société corrompue et au bord du gouffre. Et ça, Stelvio Massi a su parfaitement le retranscrire dans un film sans concession…



Test du Blu-ray/DVD sur le site de Sin'Art

Acheter chez Metaluna, c'est soutenir Sueurs Froides - Merci !


BANDE ANNONCE :


Chers lecteurs,
aidez-vous à financer le site
et de nouveaux numéros de Sueurs Froides
en versant un don à notre éditeur.



Votre soif de lecture n'est pas rassasiée ?
Téléchargez les anciens numéros de Sueurs Froides


Inscrivez-vous à la liste de diffusion et accédez au
téléchargement des anciens numéros de Sueurs Froides :
- Une tranche d'histoire du fanzinat français
- 36 numéros de 1994 à 2010
- Près de 1800 films critiqués
Un index est disponible pour chercher un film ou un dossier
CLIQUEZ ICI.

Article rédigé par : Vincent Trajan

Ses films préférés : Le Bon, la Brute et le Truand, Le Nom de la Rose, Class 1984, Les Guerriers de la Nuit, Nosferatu - Ses auteurs préférés - Maxime Chattam, Stephen King, Franck Thilliez, Bernard Minier, Jean-Christophe Grangé

Share via
Copy link