Un texte signé Paul Siry

France - 1989 - Enki Bilal
Interprètes : Jean-Louis Trintignant, Carole Bouquet, Yann Collette, Maria Schneider, Roger Dumas, Jean-Pierre Léaud

retrospective

Bunker Palace Hôtel – Enki Bilal (1989) – Bunker 5 étoiles

Bunker Palace Hôtel, ou quand ça gronde fort quelque part dans une dictature fictive d’Europe, très fort même. Ce n’est pas une révolte, mais une Révolution. Pas de panique pour les hauts dignitaires de l’État, l’ingénieux architecte Holm a créé un refuge sur mesure : un bunker bien caché et au luxe faste. Ils arrivent, les uns après les autres, en sécurité et attendent le Président, leur chef vénéré. Mais celui-ci ne donne aucun signe de vie.

Né en ex-Yougoslavie en 1951, arrivé en France 10 ans après, Enki Bilal se fait remarquer très tôt pour ses dessins. Il gagne un concours à l’âge de 20 ans et commence à publier quelques années après. De nouvelles bandes dessinées sortent fréquemment depuis une cinquantaine d’années, la dernière en date est de 2022. Pochettes d’albums, affiches de cinéma, illustrations de livres, son style si singulier et reconnaissable sont demandés presque partout. À la fin des années 80 il se lance dans la réalisation avec Bunker Palace Hôtel. S’en suivront Tykho Moon en 1996 et Immortel, ad vitam en 2004, adapté de ses propres bandes dessinées.

Bunker Palace Hôtel 05
Bunker Palace Hôtel 04

DICTATURE EN MINIATURE

Bunker Palace Hôtel débute par un chaos, dans une ville en train de devenir ruines. L’univers dystopique fourmille de détails, et une étrange atmosphère s’en dégage. Surtout, de larges plans fixes montrent de l’action au premier plan devant de larges arrière-plans figés. La composition est claire, soignée et les lignes de fuite élégantes. Si l’on ne sait pas à l’avance qu’Enki Bilal est auteur de bande dessinées, on peut le deviner aisément !

Côté personnages, on suit Holm (lui aussi élégamment en fuite), ingénieur minutieux, inexpressif et froid. Il laisse des bombes là où il passe, détruisant toute trace de ses travaux. Par un habile passage secret au milieu d’une ligne de chemin de fer, il descend sous terre. Arrivant dans le bunker du titre, il est accueilli par un androïde défaillant dont il connaît tous les rouages.

On y rencontre les hauts fonctionnaires de cette dictature en déclin pour qui le luxe n’est pas négociable. Même au crépuscule de leur régime, pas question de s’en passer ! L’abri est ultrasophistiqué, le nec plus ultra du refuge, parfait pour survivre à la Révolution en toute quiétude. Tout de même, si les occupants ne se soucient que du confort, l’ambiance est lourde. Venu d’on ne sait où, on ne sait comment, un corbeau est installé dans le hall, scrutant de haut les résidents.

Bunker Palace Hôtel 02
Bunker Palace Hôtel 03

RUISSELLEMENT NOIR

Dans une société où tout est trop blanc pour être honnête, des notes dièses de piano à la pluie semblable à du lait, un liquide noir inonde le lieu par toutes ses canalisations, et impossible de le nettoyer. Si les personnages ont trouvé leur zone d’intérêt, il ne sert à rien d’occulter les conséquences de leurs actes. Il est tentant de voir les personnages du film comme les despotes est-européens ou les dirigeants d’une URSS en fin de vie. Enki Bilal a grandi en Europe de l’est, dans un pays sous la présidence de Tito qui fit laisser visibles sur les bâtiments les impacts de balle datant de la Seconde guerre mondiale, pour se rappeler du passé. Enki Bilal affectionne particulièrement l’Europe, mais les personnages du film représentent tout pouvoir autoritaire, de tout État et de toute époque.

Il serait difficile d’ailleurs de situer Bunker Palace Hôtel dans le temps, son esthétique mélange des éléments anciens et futuristes. Les personnages semblent vouloir s’en échapper du temps justement. En se cloîtrant, ils refusent les évolutions sociétales qui arrivent. Si l’issue générale est assez attendue, le récit ne manque pas de surprises sur sa fin. S’opposant à tout manichéisme, Bunker Palace Hôtel se situe dans une pensée franchement négative sur les bouleversements de régime, pensée popularisée par Giuseppe Tomasi di Lampedusa, maintes fois vérifiées depuis, et on ne va pas en dévoiler plus.

Bunker Palace Hôtel 01

DYSTOPIE FONCTIONNELLE POUR DICTATURE DYSFONCTIONNELLE

Le film dépeint le portrait d’individus puissants par leurs postes et ridicules en tant que personnes. Leur cachette d’une sécurité soi-disant optimale se révèle être leur mausolée, et le luxe auquel ils tiennent à tout prix est factice. Le palace est si faux qu’il est tenu par des robots, alors dénués de tout désir de rébellion, qui occupent leurs fonctions de façon automatisée, sans vie, dans un simulacre de confort. S’ils se mettent à agir différemment, c’est par dysfonctionnement, pas par pensée.

Si Enki Bilal se révèle peu enjoué quant à l’avenir de l’humanité, il aborde son sujet avec beaucoup d’humour. L’absurdité de la situation – annoncée par un titre oxymorique – est source de nombreux instants ridicules. Sur un domaine plus spécifiquement cinématographique, il laisse son casting à jouer comme il leur plaît. Réunissant des acteurs et actrices d’horizons divers tels que Carole Bouquet, Maria Schneider, Yann Collette ou Jean-Pierre Léaud, la diversité de jeux est étonnante et participe à donner au film son aspect singulier.

Le plus marquant reste Jean-Louis Trintignant. Il s’en donne à cœur joie, sans aucun doute ravi d’interpréter cet ingénieur farfelu et inquiétant. À lui seul il donne le ton anxiogène et comique du film, et arbore un look unique avec un crane luisant et un costume très bien taillé. Bien conscient de jouer pour un auteur de bandes dessinées, il incarne cet univers fou sans trace de réalisme. Habitué à travailler seul ou à deux, c’est ici l’une des rares fois où Enki Bilal dirige toute une équipe. Si on peut classer Bunker Palace Hôtel en une tentative rare de science-fiction française au cinéma, c’est avant tout un objet unique et cohérent au sein d’une œuvre qui appartient à son seul créateur.



Acheter chez Metaluna, c'est soutenir Sueurs Froides - Merci !

Spécifications du DVD/Bluray sur le site de Sin'Art


Pour en savoir+
Site Enki Bilal

BANDE ANNONCE :


Chers lecteurs,
aidez-vous à financer le site
et de nouveaux numéros de Sueurs Froides
en versant un don à notre éditeur.



Votre soif de lecture n'est pas rassasiée ?
Téléchargez les anciens numéros de Sueurs Froides


Inscrivez-vous à la liste de diffusion et accédez au
téléchargement des anciens numéros de Sueurs Froides :
- Une tranche d'histoire du fanzinat français
- 36 numéros de 1994 à 2010
- Près de 1800 films critiqués
Un index est disponible pour chercher un film ou un dossier
CLIQUEZ ICI.

Article rédigé par : Paul Siry

Ses films préférés : Requiem pour un massacre, Mad Max, Ténèbres, Chiens de paille, L'ange de la vengeance

Share via
Copy link