Un texte signé Faye Fanel

USA - 2000 - Christian Duguay
Titres alternatifs : The Art of War
Interprètes : Wesley Snipes, Donald Sutherland, Ann Archer, Michael Biehn

retrospective

L’Art de la guerre (2000) – Derrière le miroir

Dans L’Art de la guerre, Wesley Snipes incarne Neil Shaw, un espion qui travaille pour les Nations Unies. Lors d’une mission de surveillance, l’agent est accusé d’avoir assassiné l’ambassadeur de Chine.

art de la guerre 02

L’art de travailler avec Wesley Snipes

Au début des années 2000, Wesley Snipes est à l’apogée de sa carrière grâce au succès de Blade. Souhaitant incarner un espion, il produit L’Art de la guerre. Pour mettre en images le film, l’acteur choisit Christian Duguay, un ancien Opérateur caméra, devenu réalisateur de séries B dont les plus gros succès sont les suites de Scanners. La production de L’Art de la guerre doit se faire rapidement, ce qui au départ ne doit pas poser problème au réalisateur canadien réputé pour travailler rapidement et efficacement. Malheureusement, les disputes entre Snipes et Duguay rendent le tournage difficile et nuisent au résultat final : Le film connaît un échec commercial.

art de la guerre 03

Un témoignage de son époque

L’Art de la guerre est un bel exemple des films d’action de la fin des années 90. Il a pour but de mettre en avant son héros, de le montrer aux yeux du public comme invincible, mystérieux et parfait. Cette description convient bien à Wesley Snipes. L’acteur adore rappeler sa supériorité et son intelligence au point de tomber dans l’excès. Il en devient souvent ridicule, notamment dans une scène où son personnage surjoue en réagissant à l’agression d’une de ses collègues. Cette scène ajoutée à des flash-backs sur une musique tragique provoque le sourire chez le spectateur.

Bien que certains tropes aient mal vieilli, dans l’ensemble, cette plongée dans le passé est plutôt agréable. La réalisation brute et toujours en mouvement de Christian Duguay est assez efficace. Hormis les séquences qui glorifient le personnage principal, le film est rythmé et fluide. Le public prend plaisir à suivre les aventures de l’agent Shaw. Duguay utilise fréquemment la steadycam pour placer le spectateur au cœur de l’action.

Il tient généralement lui-même la caméra, mettant à profit son expérience pour aller droit au but. Malgré les interférences dues aux exigences de Wesley Snipes, le metteur en scène parvient à tirer son épingle du jeu et à proposer un peu plus de profondeur au scénario que la simple histoire d’un espion cherchant à prouver son innocence.

art de la guerre 04

Sous surveillance

La mise en scène de Duguay ajoute une dimension supplémentaire à L’art de la guerre. Dès le début du film, le réalisateur explique que le monde change et qu’il ne faut pas se fier aux apparences. Il utilise souvent des écrans pour poser le contexte politique : la Chine, nouvelle grande puissance, inquiète les États-Unis. Duguay place également ses personnages face à des fenêtres et des miroirs, pour illustrer que ce nouveau siècle est celui de la surveillance.
Chaque personnage est traqué par une caméra toujours en mouvement qui ne rate rien. Un climat de paranoïa plane sur le film, Shaw ne peut faire confiance à personne, tout le monde ment et ses certitudes volent en éclats comme les miroirs brisés qui parsèment le long métrage.
Le film dépeint une nouvelle guerre froide, une bataille voyeuriste et mensongère orchestrée par les médias et la politique. Christian Duguay apporte ainsi une réflexion intéressante et tristement prophétique que l’on retrouve dans les productions post 11 septembre.

L’Art de la guerre est une capsule temporelle du début des années 2000, témoin d’un monde et d’un cinéma d’action en pleine transformation qui rendent le culte de la star musclée ridicule. Malgré tout, ce long métrage reste très divertissant et offre un plaisir empreint de nostalgie qu’il serait dommage de manquer.



Acheter chez Metaluna, c'est soutenir Sueurs Froides - Merci !

***
TEST DU BLU-RAY/DVD :



L’Art de la guerre est édité en Blu-ray chez ESC. On retrouve une édition simple avec peu de bonus, mais ceux-ci sont de qualité. Un entretien avec le réalisateur Christian Duguay qui se confie sur son expérience est proposé. L’édition nous gratifie également d'une réflexion du critique Samuel Blumenfeld sur le statut des acteurs noirs dans le cinéma américain en 2000.

Les points positifs :

Des bonus intéressants
Une bonne qualité d’image
Son 5.01 pour la VO

Les points négatifs :

Une VF en mono
Pas assez de bonus
Un menu trop simple et pas esthétique.


BANDE ANNONCE :


Chers lecteurs,
aidez-vous à financer le site
et de nouveaux numéros de Sueurs Froides
en versant un don à notre éditeur.



Votre soif de lecture n'est pas rassasiée ?
Téléchargez les anciens numéros de Sueurs Froides


Inscrivez-vous à la liste de diffusion et accédez au
téléchargement des anciens numéros de Sueurs Froides :
- Une tranche d'histoire du fanzinat français
- 36 numéros de 1994 à 2010
- Près de 1800 films critiqués
Un index est disponible pour chercher un film ou un dossier
CLIQUEZ ICI.

Article rédigé par : Faye Fanel

Ses films préférés : Chantons sous la pluie, The Thing, La maison du diable, Evil Dead 2, Fire walk with me... Ses auteurs préférés - JRR Tolkien, Stephen King, Amélie Nothomb, Lovecraft, Agatha Christie... J’adore le cinéma d’horreur et parler de mes nombreuses passions dans mes podcasts sur James & Faye ainsi que sur le site Les Réfracteurs.

Share via
Copy link