Un texte signé André Quintaine

- 2022 - Virginie Singeot-Fabre

chroniques-infernales

Contretemps – voyage dans le temps à rebours

Alors que l’on pensait que tout avait été dit sur le thème du voyage dans le temps, arrive Contretemps écrit par Virginie Singeot-Fabre, pour nous rappeler que l’imagination humaine est décidément infinie.

Le commandant Otto Rivers enquête sur le meurtre de Boris Legrand survenu cinq jours plus tôt. Boris était un père de famille dont la vie semblait exempte de toute particularité : une femme, trois enfants, un travail…

En réalité, l’incongruité de la situation provient d’Otto lui-même… il vit sa vie à reculons !

Laissons Otto expliquer lui-même cette aberration temporelle :

“Imaginons que je me réveille le 5 novembre au matin. Je vis une journée normale, chronologique et complète, comme n’importe quel individu en ce bas monde. Mais à minuit, au lieu de passer au 6 novembre comme le commun des mortels, je me réveille le 4 novembre au matin. Dès lors, je vis ma vie à rebours.”

Cette incohérence n’est pas sans conséquence sur le pauvre Otto qui connaît donc le résultat de ses actions avant même de les provoquer… ou de son inaction, puisqu’il sait d’ores et déjà qu’il ne connaîtra jamais les joies de la paternité, par exemple…

Cette anomalie pervertit inévitablement son existence et l’on peut aisément comprendre son cynisme, l’une de ses marques de fabrique qui fait de lui un collègue plutôt impopulaire.

Morceaux choisis au hasard de ses interventions :

“Le droit, c’est nous ! Tu veux que je te l’imprime sur la joue ?”

À côté d’Otto Rivers, l’Inspecteur Harry ressemble à M. Le Gendarme, le policier qui fait régner l’ordre dans Miniville où vit Oui-Oui…

Quoi qu’il en soit, son cynisme fait mouche et, pour le lecteur, c’est le coup de foudre. Rester en sa compagnie tout du long des 200 pages est un véritable bonheur, d’autant plus que l’écriture imagée propose des passages savoureux tels que :

“Ouvrez vos oreilles et gravez-vous ces quelques mots dans le crâne, ce qui ne devrait pas être difficile vu que le local semble inoccupé…”

Même si l’enquête en question s’avère plutôt banale, les punchlines d’Otto sont aussi sèches que son prénom, et ses réflexions désabusées font toujours mouche.

“Une vie professionnelle aussi croustillante qu’un biscuit apéritif oublié des mois dans un placard…”

En raison de la “petite” particularité qui caractérise l’existence même d’Otto, chaque nouveau matin est un événement. Par conséquent, le roman bénéficie d’un véritable suspens qui donne toujours au lecteur l’envie de tourner la page.

L’un des points décisifs du livre s’avère néanmoins le refus courageux d’expliquer le pourquoi du comment. Ainsi, on apprécie les non-dits qui condamnent le lecteur à mettre en marche son imagination. Si on interrogeait Otto à ce sujet, il répondrait probablement que le livre cherche à vérifier qu’un neurone s’agite entre les deux hémisphères de notre cerveau…

C’est appréciable.

En ce sens, Contretemps n’est pas un livre qui nous quitte sitôt sa lecture achevée. Bien au contraire. S’il n’est pas évident d’entrevoir les intentions de l’auteure durant la lecture du roman, le final révèle en revanche les questions, nombreuses, que le lecteur peut se poser sur le voyage dans le temps, ou le sens de la vie en général.

Et si vous n’en avez pas assez, Contretemps dispose même d’une fin alternative. Celle-ci se révèle grâce à un… QR code… Quelqu’un aura donc finalement trouvé une utilité à ce gadget.

À commander chez l’éditeur directement

Nous vous conseillons également




Chers lecteurs,
aidez-vous à financer le site
et de nouveaux numéros de Sueurs Froides
en versant un don à notre éditeur.



Votre soif de lecture n'est pas rassasiée ?
Téléchargez les anciens numéros de Sueurs Froides


Inscrivez-vous à la liste de diffusion et accédez au
téléchargement des anciens numéros de Sueurs Froides :
- Une tranche d'histoire du fanzinat français
- 36 numéros de 1994 à 2010
- Près de 1800 films critiqués
Un index est disponible pour chercher un film ou un dossier
CLIQUEZ ICI.

Article rédigé par : André Quintaine

Ses films préférés : Frayeurs, Les Griffes de la Nuit, Made in Britain, Massacre à la Tronçonneuse, Freaks... Passionné de cinéma de genre, oeuvre également sur les blogs ThrillerAllee consacré au cinéma allemand et L'Écran Méchant Loup dédié aux lycanthropes au cinéma

Share via
Copy link