Un texte signé Sophie Schweitzer

Espagne - 2022 - Elena Lopez Riera
Interprètes : Luna Pamies, Bárbara Lennie

retrospective

El Agua – Elena Lopez Riera – conte féministe

Avec El Agua, la réalisatrice Elena Lopez Riera signe un premier film intimiste, poignant, féministe, mâtiné de légendes.

Dans un petit village d’Espagne niché entre la mer et la montagne, les vieilles superstitions vont bon train. On raconte que certaines femmes sont maudites. Lorsque vient le temps des inondations, l’eau rentre en elles et leur confère la capacité de sentir les prochaines tempêtes, mais cette dernière est jalouse et exige qu’elles ne tombent jamais amoureuses autrement, elle viendra les emporter.

El agua 02

Sous l’œil d’une réalisatrice

Premier long métrage de la réalisatrice, scénariste et productrice Elena Lopez Riera, El Agua est un film intimiste. Elena confie, lors de la projection du film à la quinzaine cannoise des réalisateurs qu’elle s’est basée sur les histoires que lui contait sa grand-mère. En réalité, le village de son enfance et les femmes le peuplant ont servi d’inspiration pour ses personnages.

Ceux-ci s’avèrent interprétés par des acteurs castés auprès de non-comédiens en particulier pour les vieilles dames qui témoignent. La réalisatrice confie, toujours durant cette projection, qu’elle a rencontré des résistances. Les femmes vivant dans ces villages ne se sentaient pas assez intéressantes pour être dans un long métrage. Cette recherche d’authenticité se ressent également dans ces visages face caméra qui racontent la fameuse légende comme s’il s’agissait d’un reportage sur le village en question.

El agua 03

Conte initiatique féministe

On la retrouve également dans les séquences où l’on suit Ana incarnée par Luna Pamiés qui va à la plage avec son petit copain, retrouve ses amis à la tombée de la nuit, venant voir sa mère à son travail, assistant aux rituels purificateurs qu’effectue sa grand-mère. La caméra s’invite en chacun de ces instants, s’approche au plus près du visage de la jeune comédienne, dans une mise en scène intimiste proche des films indépendants américains.

Le film fait le portrait de cette jeunesse, de ses amours, de la sororité, des étés où il ne se passe strictement rien, du sentiment d’être coincé dans un village perdu où les seuls boulots possibles sont au champs ou à l’usine, de rêver d’ailleurs, mais aussi de ces superstitions qui s’accrochent aux habitants, en particulier aux habitantes. Impossible de ne pas sentir un relent de patriarcat autour de cette légende aquatique qui maudit des femmes et les condamne à la solitude. La réalisatrice porte un regard mâtiné de féminisme sur ces femmes et son personnage principal.

El agua 01

Et les hommes dans tout ça ?

Les hommes aussi en sont victimes. José incarné par Alberto Olmo, le petit ami de Ana est rejeté par les autres jeunes hommes parce qu’il sort avec la “sorcière”. On remarquera d’ailleurs la solitude des femmes de la famille d’Ana. José a également menti sur son passé, prétendant avoir voyagé à l’étranger. En réalité, on ignore ce qu’il a fait pendant ce temps. Peut-être de la prison ou l’exercice d’un métier illégal. On le voit galérer avec son père, élever des pigeons pour les faire concourir à des courses illicites. Les plans d’envol des oiseaux aux plumes peintes sont d’ailleurs magnifiques.

El Agua dresse le portrait d’une jeunesse délaissée, d’une campagne où la pauvreté condamne ses habitants à une vie d’ennui, mais également, de femmes devenues solitaires du fait de légendes à moins que ce ne soit à cause de la violence des hommes comme le suggère la grand-mère d’Ana. Parfois les légendes sont une manière plus douce d’accepter la réalité.



BANDE ANNONCE :


Chers lecteurs,
aidez-vous à financer le site
et de nouveaux numéros de Sueurs Froides
en versant un don à notre éditeur.



Votre soif de lecture n'est pas rassasiée ?
Téléchargez les anciens numéros de Sueurs Froides


Inscrivez-vous à la liste de diffusion et accédez au
téléchargement des anciens numéros de Sueurs Froides :
- Une tranche d'histoire du fanzinat français
- 36 numéros de 1994 à 2010
- Près de 1800 films critiqués
Un index est disponible pour chercher un film ou un dossier
CLIQUEZ ICI.

Article rédigé par : Sophie Schweitzer

Ses films préférés : Le bon, La brute et le Truand, Suspiria, Mulholland Drive, Les yeux sans visage, L'au-delà - Ses auteurs préférés - Oscar Wilde, Sheridan LeFanu, Richard Mattheson, Stephen King et Poppy Z Brite

Share via
Copy link