Un texte signé Frédéric Pizzoferrato

France - 2023 - Sébastien Vanicek
Titres alternatifs : Infested
Interprètes : Théo Christine, Sofia Lesaffre, Jérôme Niel, Lisa Nyarko

review

Vermines (2023) – Banlieues rouges

Après trois courts-métrages, Sébastien Vanicek passe au format long avec ce VERMINES qui s’inscrit dans la tradition des agressions animales. Etant donné le caractère très répandu de l’arachnophobie, guère étonnant que les « monstres à huit pattes » aient autant inspirés le 7ème art. Parfois gigantesques (L’INVASION DES ARAIGNEES GEANTES, SPIDERS, BIG ASS SPIDER, ARAK ATTACK), parfois guest-stars générant le frisson (HARRY POTTER, L’AU-DELA), parfois instrument mortel (KISS OF THE TARANTULA, SPIDER WOMAN STRIKE BACK), les arachnides de taille « normale » sont également apparues dans quelques productions d’épouvante. La plus réussie reste certainement L’HORRIBLE INVASION de John Bud Cardos, suivi par le très efficace ARACHNOPHOBIE et le plaisant téléfilm TARANTULAS, LE CARGO DE LA MORT. Moins présente ces dernières années (exceptées dans des productions assez miteuses à la CAMEL SPIDERS ou ICE SPIDERS), les araignées amorcent leur retour dans VERMINES et le canadien STING.

Vermines

Produit en France, VERMINES situe son intrigue dans une banlieue pourrie typique du pays, peuplée de cailleras plus ou moins sympas. Théo Christine (SUPREME) joue le héros, Kaleb, qui vit en compagnie de sa sœur Manon (Lysa Nyarko) dans un modeste appartement au cœur d’une cité HLM où vivote tout un petit monde, entre combines et menus larcins. Kaleb fait donc commerce de diverses denrées et autres produits indispensables dans la cité (comme des Nike). Mais sa véritable passion ce sont les bestioles en tout genre, surtout exotiques façon Nouveaux Animaux de Compagnie. Or, un jour, il acquiert une redoutable araignée qu’il place dans une boite à chaussure. Evidemment, l’animal s’échappe et se multiplie…

Une des réussites du métrage consiste à utiliser à bon escient le décor des « arènes de Picasso », un immeuble des années ’80 à l’architecture singulière située à Noisy le Grand. Le cinéaste l’explore avec réussite et donne une certaine ampleur à l’intrigue, filmée en Scope pour quatre millions d’euros (un financement en partie assuré par Netflix). Il utilise également avec brio les espaces confinés comme les sous-sols et autres couloirs obscurs. La meilleure séquence de VERMINES reste d’ailleurs celle au cours de laquelle une poignée de protagonistes tentent de traverser un corridor couvert de toiles d’araignées…ces dernières n’étant repoussées que par la lumière le suspense joue sur le minuteur et les instants précédents le retour des ténèbres. Les bestioles en elles-mêmes sont très réussies (images de synthèses, animatroniques et véritables araignées se combinent harmonieusement) et permettent quelques moments d’angoisse réelle.

vermines 1

Si l’aspect « épouvante » fonctionne de belle manière, il est malheureusement confiné au dernier tiers du récit. Le reste tient surtout du drame social avec des personnages caricaturaux (le héros débrouillard sympa, le pote d’enfance, le voisin surarmé, etc.) et ses flics forcément tous des brutes stupides venant semer la discorde dans la banlieue. On ajoutera une interprétation pas toujours crédible et une volonté d’abuser des dialogues en « wesh » peu articulés. A ce propos l’activation des sous-titres pour malentendants peut s’avérer salvateur même si une option « traduction en français » n’aurait pas été de refus pour comprendre leur baragouinage banlieusard. Un autre problème réside dans la bande originale composé d’un bruit infâme (pardon de rap urbain français) balancé à haute dose et qui pourra sembler insupportable aux allergiques de ce style de…euh…musique.

VERMINES se révèle donc un métrage en demi-teinte, avec quelques bons moments de suspense perdu dans une œuvrette trop portée sur le social manichéen (tendance gaucho forcément) pour réellement fonctionner au-delà de son public cible de djeuns des quartiers amateurs de grosses bestioles et de rap. Dans un genre proche on peut lui préférer ATTACK THE BLOCK.



Acheter chez Metaluna, c'est soutenir Sueurs Froides - Merci !

***
TEST DU BLU-RAY/DVD :



Un blu-ray techniquement impeccable avec une image parfaite indispensable pour les scènes sombres et un son qui pulse. En bonus de nombreux entretiens, commentaires et les courts-métrages du réalisateur. Bref, une édition très complète qui fait honneur au support physique.



BANDE ANNONCE :


Chers lecteurs,
aidez-vous à financer le site
et de nouveaux numéros de Sueurs Froides
en versant un don à notre éditeur.



Votre soif de lecture n'est pas rassasiée ?
Téléchargez les anciens numéros de Sueurs Froides


Inscrivez-vous à la liste de diffusion et accédez au
téléchargement des anciens numéros de Sueurs Froides :
- Une tranche d'histoire du fanzinat français
- 36 numéros de 1994 à 2010
- Près de 1800 films critiqués
Un index est disponible pour chercher un film ou un dossier
CLIQUEZ ICI.

Article rédigé par : Frédéric Pizzoferrato

Ses films préférés : Edward aux Mains d’Argent, Rocky Horror Picture Show, Le Seigneur des Anneaux, Evil Dead, The Killer - Ses auteurs préférés - Graham Masterton, Christophe Lambert, Thomas Day, Stephen King, Clive Cussler, Paul Halter, David Gemmell

Share via
Copy link