1. BIFFF 2008 – Le palmarès officiel versus notre palmarès

Le Jury présidé par Umberto Lenzi (Italie) et composé de Joon-Ho Bong (Corée), Thomas Gunzig (Belgique), Brett Leonard (USA), Lisa Marie (USA), Catherine Wilkening (France) a attribué
LE CORBEAU D’OR
à “13 Beloved” réalisé par Chookiat Sakveerakul (Thaïlande). Récompensé par une oeuvre de Joseph Henrion.
DEUX CORBEAUX D’ARGENT
sont attribués à “Stuck” de Stuart Gordon (USA) & “[Rec]” de Jaume Balaguero & Paco Plaza (Espagne). Récompensé par une oeuvre de Michel Devillers
Pour l’originalité se son scénario et l’extraordinaire interprétation de ses enfants acteurs, le jury attribue aussi
UNE MENTION SPECIALE
à “The Substitute” de Ole Borneval.
LE PEGASE
Prix du Public est attribué à “[Rec]” de Jaume Balaguero & Paco Plaza (Espagne). Récompensé par une oeuvre de Daniel Monic. Le prix du Public du 25e Festival est décerné par les abonnés du festival.
COMPETITION EUROPEENNE DU LONG METRAGE
Le Jury présidé par Jean-Marie Verhasselt (Belgique) et composé de Nadine Monfils, François Bertrand, Sandrine Deegen, Bruno Forzani, Joëlle Rochette, a attribué
LE MELIES D’ARGENT
à “Frontière(s)” réalisé par Xavier Gens (France)
La cérémonie du Meliès d’Or 2008 aura lieu à Sitges.
7E PARALLELE
Le Jury composé de Thibaut Dopchie, Ils Huygens, Nathalie Meyer a attribué
LE PRIX DU 7E PARALLELE
à “The Aerial” réalisé par Esteban Sapir (Argentine). Récompensé par une oeuvre de Michel Devillers

Un Palmarès alternatif

Et quant à nous, nous attribuons notre palmarès propre. Les gagnants remportent … toute notre estime (pour paraphraser les Inconnus). A la différence des sections de la compétition (une dizaine de films par section : compétition internationale, européenne, 7e parallèle…), nos recommandations (c’est plutôt de ça qu’il s’agit) se basent sur la vision de la majeure partie des longs métrages proposés : nous en avons vu 60 (sur un peu plus de 80 proposés), soit pas loin du maximum faisable en jonglant avec les horaires.

And the winner are :
-A L’INTERIEUR : une date dans l’histoire de l’horreur, un chef d’œuvre instantané, très loin au dessus de ses concurrents
-DOOMSDAY : le film le plus généreux du BIFFF, avec dedans des vrais morceaux de Mad max II, de New York 1997, de 2019 après la chute de New York et de tant d’autres. Une vraie fête des sens
-STUCK : Stuart Gordon bonifie avec le temps. Sa dénonciation d’une société égocentrique à l’extrême était en compétition. Comment n’a-t-il pas eu le Corbeau d’or ?
-DIARY OF THE DEAD : papy Roméro a encore quelque chose à dire. Et pour se raconter, quoi de mieux qu’un film de zombies
-FUNNY GAMES US : un chef d’œuvre… mais uniquement si on n’a pas vu l’identique version originale
-THE FALL : pas parfait mais tellement beau (et puis celui-ci, vous pouvez le montrer à vos enfants)
-THE AERIAL : l’OVNI de cette édition. Poétique et à message.

Cliquez ici pour lire la suite du compte-rendu


- Article rédigé par :