Four lions

Grande Bretagne - 2009 - Chris Morris
Interprètes : Benedict Cumberbatch, Preeya Kalidas, Riz Ahmed

Omar, Waz, Hassan et l’oncle Barrie, quatre jihadistes du dimanche – normal, le vendredi étant jour de prière – projettent un attentat en Angleterre. Il leur faut sauter ou faire sauter quelque chose. C’est le but de leur existence, l’exploit qui les transformera en martyrs et donnera un sens à leur vie de musulmans radicaux. Le problème est que nos quatre zèbres forment une bande de bras cassés de la dernière eau et qu’ils cumulent l’incompétence aux gaffes. Le chemin du « martyriste » est semé d’embuches, et spécialement celles qu’ils provoquent eux-mêmes.

Attention, danger, la propagande terroriste de ce métrage est mortelle : voir d’une traite les péripéties de nos lions risque fort de vous faire mourir… de rire, tant les gags se succèdent aux situations cocassement invraisemblables ou délicieusement absurdes. Entre le frère abruti, la recrue « wanna be a rapper » et l’oncle qui projette de faire sauter la mosquée, Omar, le plus censé d’entre eux, quoique guère plus doué que ses confrères, aura bien du souci à monter son attentat.

Les Monty Python ont trouvé une digne descendance : ces FOUR LIONS sont les fils indignes des terroristes juifs de LA VIE DE BRIAN. Des juifs fanatiques aux musulmans intégristes, cherchez l’erreur ! La filiation est pour ainsi dire revendiquée lors d’une séquence citant les « Silly walks » du FLYING CIRCUS, nos gus devant transporter, jambes fléchies, quantité d’explosifs ne supportant pas le moindre choc.

La forte présence musulmane en Angleterre a finit par imprégner le cinéma anglais de ces quinze dernières années, notamment dans le genre de la comédie, pour des résultats souvent assez réussis. Hors Angleterre, le belge LES BARONS prenait récemment lui aussi le cadre de la comédie basée sur les musulmans de 2e génération, tout en évitant toute la problématique d’intégration, de frustration, de religion ou de violence. Et du Canada nous est venue récemment la série LA PETITE MOSQUÉE DANS LA PRAIRIE qui, une fois encore dans le registre comique, confronte les musulmans aux occidentaux. Signe des temps, la culture musulmane n’est plus cantonnée aux films sociaux ou « de banlieue » (LA HAINE).

A y regarder de plus près, on peut se dire que huit ans après les attentats du 11 septembre, et ceux qui les ont précédés ou suivis, la comédie se gaussant des errements rigoristes islamistes réussit plutôt bien. On se souvient en effet de POSTAL, qui signait le retour en grâce du jusqu’à lors tâcheron Uwe Boll. Là aussi, le prétexte terroriste délivrait une invraisemblable et irrésistible comédie, notamment dans la très Pythonesque scène d’ouverture voyant les pirates de l’air douter du nombre de vierges que le martyr leur conférerait. FOUR LIONS joue clairement de ce même registre, enchainant les actions stupides aux dialogues confondant à un rythme qui ne faiblit jamais. Nos zygomatiques sont tendus une heure quarante cinq durant.

Et la réussite de ce qui peut sans conteste prétendre au podium des meilleures comédies de l’année tient aussi à ces personnages qui, pour absurdes qu’ils soient, restent crédibles.

A côté de nos quatre charlots, qui sont cinq à l’instar des mousquetaires, le scénario oppose en personnage secondaire le frère d’Omar, rigoriste pacifiste. On voit dès lors se dessiner le drame de nos terroristes qui, in fine, ne dédaignent pas autant qu’ils tentent de le faire croire le mode de vie occidental.

FOUR LIONS a eu l’honneur –bien mérité – d’ouvrir la seizième édition de l’Etrange Festival. Sa distribution par Wild Bunch devrait lui ouvrir l’accès aux salles, ce que, vous l’aurez compris, nous ne saurions trop vous recommander. Comme le disait le terroriste à la couscoussière des SOUS-DOUÉS : « notre peuple vaincra ! »


- Article rédigé par : Philippe Delvaux
- Ses films préférés : Marquis, C’est Arrivé Près De Chez Vous, Princesse Mononoke, Sacré Graal, Conan le Barbare


=> Pour prolonger votre lecture, nous vous proposons ce lien.