Les extraordinaires aventures d’Adèle Blanc-Sec

France - 2010 - Luc Besson
Interprètes : Mathieu Amalric, Louise Bourgoin, Gilles Lellouche, Philippe Nahon, Jean-Paul Rouve, Frédérique Bel, Laure de Clermont-Tonnerre, Jacky Nercessian, Gérard Chaillou

Dans le Paris de 1911, un scientifique cacochyme réveille par le pouvoir de sa pensée un bébé ptérodactyle, lové depuis 135 millions d’années dans son œuf au Musée des sciences naturelles. L’oiseau sème rapidement la panique dans la capitale et le Président de l république charge la police de résoudre l’affaire au plus vite. Et cette dernière aboutit dans les bras de l’incompétent inspecteur Caponi. Pendant ce temps, Adèle Blanc-Sec, aventurière de son état, part en expédition en Egypte à la recherche de la momie d’un médecin du pharaon, capable selon elle de guérir sa sœur paralysée depuis un accident de tennis.

Le dernier Luc Besson a été présenté en première mondiale au 28e Festival International du film fantastique de Bruxelles (BIFFF), dans une salle évidemment comble et chauffée par la looooooongue queue imposée par une sécurité exigeant la consignation des GSM, fouille d’aéroport en appui. L’année précédente, un cirque identique avait été organisé pour la première de STAR TREK. On sent une pointe de show destiné à créer de l’ampleur et de l’émulation autour de l’événement, mais la pilule passe facilement, grandement aidée par le fait que ladite queue passe devant le podium où de splendides créatures se font peinturlurer les seins, le nombril et tout le reste pour la compétition de Body Painting.

Jacques Tardi et Luc Besson… l’alliance n’est pas anormale : le premier adepte de formes sérialesques issues d’une tradition populaire assumée, le second, créateur justement d’œuvres populaires, est grand amateur de bandes dessinées. Rappelons que l’affiche de l’édition 1985 du BIFFF était déjà signée par Jacques Tardi qui y reprenait d’ailleurs son ptérodactyle. Quant à la première édition du Festival, en 1983, un tout jeune Luc Besson y présentait son premier film, LE DERNIER COMBAT.

Alors, que vaut cet Adèle Blanc-Sec dans les mains de l’auteur d’ARTHUR ET LES MINIMOYS et de NIKITA ?

Et bien ne boudons pas notre plaisir : on s’y amuse … gentiment. Le cinéaste n’évite cependant pas vraiment l’écueil où s’échoue la plupart des adaptations : la fidélité au matériau d’origine. C’est donc plus à une adaptation filmée des planches qu’à du Cinéma véritable qu’on est confronté, mais cette limite posée n’empêche pas de profiter d’un spectacle bon enfant. Relativisons notre critique, d’autres spectateurs ont au contraire crié à la trahison par rapport à la bande dessinée. A l’instar de la bande dessinée dont il est issu, le film part dans tous les sens et se rit des invraisemblances. Nous mettrons même pour une fois entre parenthèse notre répulsion des voix off, procédé signalant trop souvent une incapacité de réalisation, mais qui ici ne font que reprendre les récitatifs de la BD, lesquels se justifiaient eux-mêmes par la référence aux œuvres populaires du début de siècle dans lesquelles cette forme était encore prisée. Pour les mêmes raisons, le côté carton pâtes – ou plutôt non réalistes – de certains décors est tout aussi justifié. Nous sommes dans un film qui assume et revendique son artificialité, dans la convention de la BD d’aventure ou même du théâtre.

Pour mieux cerner le type de spectacle, on peut comparer LES EXTRAORDINAIRES AVENTURES D’ADÈLE BLANC-SEC à ASTERIX ET OBÉLIX : MISSION CLÉOPÂTRE. Que Luc Besson n’ait pas introduit le décalage apporté par Alain Chabat n’est même pas nécessaire puisque le matériau de Tardi se montre déjà suffisamment « autre ».

L’action ne faiblit jamais, le grand guignol danse la gigue avec une fantaisie débridée et Adèle est campée par le joli minois de Louise Bourgoin (récemment à l’affiche du thriller BLANC COMME NEIGE) tandis que le sinistre Dieuleveut est campé par un Mathieu Amalric habitué au genre et que la défroque du pataud inspecteur Caponi revient à Gilles Lellouche.

Si vous cherchez un chef d’œuvre du 7e art ou une œuvre plus précieuse ou ciselée, passez votre chemin. Si plus modestement, vous désirez un agréable divertissement, plein d’action, vous pourrez vous laisser tenter par LES EXTRAORDINAIRES AVENTURES D’ADÈLE BLANC SEC.


- Article rédigé par : Philippe Delvaux
- Ses films préférés : Marquis, C’est Arrivé Près De Chez Vous, Princesse Mononoke, Sacré Graal, Conan le Barbare


=> Pour prolonger votre lecture, nous vous proposons ce lien.