Resolution

USA - 2012 - Justin Benson, Aaron Moorhead
Interprètes : Peter Cilella, Vinny Curran, Zahn McClarnon

Quand Michael reçoit une vidéo de son meilleur ami, accro à la drogue, le montrant en plein bad trip, il décide de tenter une dernière fois de le faire décrocher. Il se rend dans un coin perdu des États-Unis, dans une vieille baraque pourrie ou Chris, l’ami en question, fume du crack, boit de la bière, et entasse des armes. Arrivé là-bas, il parvient à menotter Chris à un tuyau, pour le forcer à se désintoxiquer.

Justin Benson et Aaron Moorhead sont deux jeunes cinéastes. RESOLUTION est leur premier long métrage. Si les deux hommes le mettent en scène collégialement, le script est de Justin Benson.

Au départ, le film laisse à penser à un drame un peu étrange, presque lynchien. En effet, Chris est attaché à un tuyau et refuse d’accepter cette désintoxication forcée, débitant nombre de dialogues très drôles, et Michael se force à ne pas se laisser berner, supportant ce que lui dit son ami. Quand il déambule aux alentours, il passe par de curieuses ruines, où plein d’objets sont entassés, et échange quelques mots avec les gens du coin. Tous se révèlent étranges, décalés, le summum étant atteint avec ce Français ayant étudié à la Sorbonne et résidant dans une caravane, où il fume une mystérieuse herbe rouge. Le spectateur ne peut s’empêcher de penser à Twin Peaks tandis que le héros explore les environs.
Les acteurs étant excellents et les dialogues fort bien ciselés, cette première partie fonctionne bien. Les rapports entre Michael et Chris sont crédibles, les personnages secondaires intrigants. Mais, au fil de l’évolution du récit, le spectateur ne peut s’empêcher de plonger dans le mystère le plus total, alors que des objets, issus de vieux médias, sont déposés devant la porte des protagonistes, racontant toujours une histoire abominable. Des photos d’abord, puis une bobine super 8, jusqu’à une VHS et un ordinateur qui semblent tous emplis d’images atroces formant des histoires aux fins horribles. En utilisant ainsi ces divers médias, le film nous raconte l’évolution des moyens de conter une histoire.
La certitude s’installe qu’une créature les observe, les filme, se nourrissant de leur vécu, qu’elle veut mener jusqu’à une indicible conclusion. De plus, cette créature filme les personnages, tout comme le réalisateur. Ainsi les deux se confondent et, en forçant les héros à prendre part à l’histoire filmée, en les projetant dedans, l’être fait en sorte que le spectateur soit tout autant projeté dans le film. Quelques petits flashs et changements de couleurs permettent de comprendre certaines petites choses du scénario, aux moments opportuns.
Car Justin Benson et Aaron Moorhead arrivent à la perfection à trouver l’équilibre entre ne pas en dire assez et en dire trop. Le spectateur est ainsi en haleine tout au long du film, sans avoir l’impression qu’on se moque de lui, avec une fin abrupte qui laisserait le mystère entier.
RESOLUTION, présenté dans le cadre de la compétition du 5ème Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg est alors un premier film assez phénoménal. Bien écrit, bien filmé, il passionne du début à la fin. Avec ce métrage, le spectateur découvre une créature totalement inédite, à la mythologie passionnante, mais aussi deux réalisateurs des plus prometteurs.

Retrouvez nos chroniques du FEFFS 2012.


- Article rédigé par : Yannik Vanesse


=> Pour prolonger votre lecture, nous vous proposons ce lien.